Robert Gauvin répond aux insinuations du ministre Flemming

Le député Robert Gauvin nie avoir demandé 100 millions $ de financement pour des projets d’infrastructure dans sa circonscription en échange de son appui du plan de réforme des urgences.

En entrevue avec le quotidien Telegraph-Journal vendredi, le ministre de la Santé, Hugh Flemming, dit avoir reçu un appel de Robert Gauvin. Cet appel aurait eu lieu quelques jours avant l’annonce du plan de réforme en santé.

Ce dernier lui aurait demandé du financement pour «un nouveau pont à l’île de Miscou, un foyer de soins dans ma circonscription, une garantie que les deux palais de justice restent ouverts et de l’argent du gouvernement [pour les projets].»

Le député indépendant de Shippagan-Lamèque-Miscou, qui faisait toujours partie du gouvernement à l’époque, aurait fait ces demandes en échange de son appui au plan de réformes des urgences, d’après le ministre de la Santé.

Dans un communiqué envoyé à l’Acadie Nouvelle dimanche, l’ex-vice-premier ministre dit par contre que ce n’est pas le cas.

«Sans avoir été promis quoi que ce soit en matière de projets, j’étais d’accord avec cette réforme lorsque celle-ci a été votée au Cabinet. À l’époque, je croyais le Premier ministre et le ministre lorsqu’ils affirmaient que les chiffres avaient été vérifiés et que les consultations avaient été effectuées en bonne et due forme.»

Robert Gauvin, qui a quitté le cabinet dans la mêlée de la fermeture des urgences, indique aussi qu’il n’y a «jamais eu de demande» pour un nouveau pont à l’île de Miscou, «qui est en bon état.» Il ajoute qu’il n’y a pas de palais de justice dans sa circonscription.

Le député explique qu’il a réalisé plus tard que «plusieurs professionnels de la santé» ainsi qu’Ambulance NB n’avaient pas été consultés lors de la mise en place des réformes, et que le plan pourrait laisser «moins de ressources paramédicales et policières dans les régions rurales».

Le député indépendant écorche au passage la sortie publique du ministre de la Santé et de son premier ministre.

«Je trouve intéressant qu’il ait fallu deux semaines au ministre de sortir publiquement avec cette histoire. Si tout cela avait été vrai, ne l’auraient-ils pas déclaré plus tôt? Tout cela confirme encore une fois pourquoi je n’ai plus confiance en ce gouvernement.»

L’Acadie Nouvelle a contacté le premier ministre Blaine Higgs et le ministre Hugh Flemming pour obtenir une réponse dimanche, mais nous n’avons pas reçu de réponse avant l’heure de tombée.

Le plan annoncé le 11 février comportait la fermeture des salles d’urgence de Caraquet, de Sainte-Anne-de-Kent, de Sackville, de Sussex, de Perth-Andover et de Grand-Sault la nuit, de minuit jusqu’à 8h.

On y promettait aussi l’embauche d’infirmières praticiennes et l’ajout de soins en santé mentale dans les régions affectées.

Le gouvernement Higgs a fait marche arrière une semaine après l’annonce, promettant des consultations avec les régions touchées.