COVID-19: les élections municipales sont annulées

La pandémie mondiale de la COVID-19 force l’annulation des élections partielles et des élections municipales au Nouveau-Brunswick.

Le scrutin municipal qui devait avoir lieu le 11 mai pourrait être reporté jusqu’au printemps prochain.

L’Assemblée législative a adopté promptement un projet de loi, mardi, pour annuler les élections municipales et les repousser au plus tard en mai 2021.

Les modifications législatives accordent le droit au cabinet de déclencher le scrutin municipal au moment opportun lorsque la crise du coronavirus se sera terminée.

Les élections partielles qui étaient prévues dans les circonscriptions provinciales de Baie-de-Shediac-Dieppe et de Sainte-Croix ont aussi été annulées.

Les partis politiques se sont entendus pour que le vote dans ces deux circonscriptions se déroule au plus tard un mois avant le début de la prochaine session législative prévue à l’automne.

Selon les autorités, l’annulation des élections est nécessaire afin d’éviter la propagation du coronavirus en campagne électorale ou dans les bureaux de vote.

«Les élections sont un événement où il y a beaucoup de contacts, et grâce à l’orientation fournie par la directive du bureau de la médecin-hygiéniste en chef en ce qui a trait aux rassemblements de masse et à l’éloignement social, on estimait qu’il s’agissait du seul choix possible en ce moment», a déclaré la directrice générale des élections, Kimberly Poffenroth.

L’Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick et l’Union des municipalités du Nouveau-Brunswick avaient indiqué lundi qu’elles se rangeraient derrière la décision des élus en cas d’annulation.

«C’est la meilleure décision dans les circonstances», a commenté le directeur général de l’Association des municipalités, Frédérick Dion.

En plus du risque de contagion, les représentants des organisations municipales craignaient un faible taux de participation en cas d’élections en période de crise.

L’annulation des élections municipales signifie que les élus, dont ceux qui avaient prévu tirer leur révérence comme le maire de la Ville d’Edmundston, devraient rester en poste au-delà de leur mandat de quatre ans.

«Je juge qu’il est de mon devoir de rester en poste jusqu’à ce qu’une élection se tienne en bonne et due forme afin d’assurer la stabilité de la municipalité dans une situation exceptionnelle», a déclaré Cyrille Simard sur Tweeter.

Les élections scolaires et celles de la santé, qui ont lieu en même temps que les élections municipales, sont également annulées, tout comme le plébiscite prévu à Saint-Quentin.

Le projet de loi sur les élections a reçu la sanction royale de la lieutenante-gouverneure Brenda Murphy après un vote expéditif en présence de seulement 15 députés.

Les partis politiques s’étaient entendus pour faire siéger seulement le nombre minimal requis de députés pour avoir le quorum à l’Assemblée législative.

«C’était essentiel de repousser les élections partielles. Il y a eu une belle collaboration. Je suis content de voir que les quatre partis politiques ainsi que les associations municipales ont pu travailler ensemble pour trouver une solution à ce problème», a déclaré le député libéral de Tracadie-Sheila, Keith Chiasson.

L’Assemblée a suspendu ses travaux mardi  jusqu’au 7 avril en raison du coronavirus. Le président, Daniel Guitard, a cependant le pouvoir de reporter la réouverture en consultation avec le gouvernement et le chef de l’opposition.