Fermeture de 600 bureaux de Service Canada: «C’est une aberration!»

La fermeture des quelque 600 bureaux de Service Canada à travers le pays préoccupe le Conseil national des chômeurs et chômeuses.

La fermeture a été annoncée la semaine dernière par Ahmed Husse, ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social.

«La COVID-19 a provoqué des bouleversements sans précédent partout au pays. Les employés de Service Canada, ainsi que d’innombrables autres fonctionnaires, travaillent littéralement sans arrêt pour offrir aux Canadiens un soutien essentiel en ces temps difficiles. Et ce travail se poursuit. Alors que nous demandons à la majorité des Canadiens de rester chez eux, nous devons nous assurer que notre prestation de services respecte les recommandations des agences de santé publique et répond en même temps aux besoins des Canadiens», a déclaré le ministre Hussen.

Au cours des dernières semaines, le nombre de demandes d’assurance-emploi a explosé au pays. Ils étaient près d’un million à en faire la demande.

En raison de la fermeture des bureaux, le gouvernement fédéral suggère aux Canadiens de faire leurs demandes sur Internet au www.canada.ca/fr/services/prestations/ae.html. On promet aussi d’offrir un soutien par téléphĥone.

«C’est une aberration», croit Pierre Céré, porte-parole du Conseil national des chômeurs et chômeuses (CNC), qui chapeaute notamment le groupe Aide et soutien aux travailleuses et aux travailleurs des secteurs saisonniers, basé dans la Péninsule acadienne.

Le CNC considère que Service Canada demeure essentiel et prioritaire et que des mesures peuvent être mises en place afin de respecter les recommandations des agences de santé publique tout en continuant d’offrir des services en personne à la population.

«Service Canada est un service essentiel: des centaines de milliers de citoyens et de citoyennes ont des questions, ont besoin d’information concernant leurs dossiers, plusieurs ont besoin d’aide, en personne, pour remplir leurs demandes d’assurance-emploi», poursuit M. Céré.

«Les lignes téléphoniques sont souvent inaccessibles, les services web embourbés et confus: passer au travers relève la plupart du temps d’un véritable parcours du combattant.»

Le CNC recommande ainsi au ministère d’accroître son personnel affecté au service téléphonique et d’ajouter des lignes téléphoniques et de s’assurer d’une meilleure performance du portail Internet.