Le comédien acadien Christian Essiambre est atteint de la COVID-19

Atteint de la COVID-19, Christian Essiambre est loin de prendre la chose à la légère. Le comédien acadien intime la population de rester à la maison et de respecter les consignes émises par la Santé publique du Nouveau-Brunswick.

«Soyons solidaires. Je sais que des fois on peut penser que ça ne nous atteindra pas, mais n’attendons pas que ça atteigne quelqu’un qu’on connaît et que ça fasse de la peine profonde», martèle le comédien âgé de 37 ans.

Bien connu pour son humour, le comédien ne rit plus. L’artiste prie la population de respecter les mesures de précaution sanitaire pour freiner la propagation du virus et aplanir la courbe de la pandémie.

C’est une maladie qui est traître, confie celui qui ne ressent que de légers symptômes comparables à une longue grippe.

«Ça fait quasiment 13 jours depuis les premiers symptômes et encore hier, j’étais plus faible, j’ai dormi beaucoup. C’est une drôle de maladie. Je veux que la population le sache parce que c’est dur de savoir si c’est bien ça. Ça peut aller d’une pneumonie à d’autres symptômes plus légers comme ceux que l’on ressent moi et mon épouse», a confié le comédien au cours d’une entrevue qu’il a accordée à l’Acadie Nouvelle.

Christian Essiambre croit avoir été infecté lors de son vol de retour de Londres. Le comédien était en Grande-Bretagne pour présenter la fresque de Robert Lepage, Les sept branches de la rivière Ota.

Le spectacle a été interrompu après deux semaines de représentation en raison de la pandémie de coronavirus.

L’artiste originaire du Restigouche, maintenant établi dans la région de Moncton, est revenu au pays le 17 mars. À son retour, il s’est rendu directement à la maison pour s’imposer une quarantaine avec sa conjointe et ses trois enfants âgés de 18 mois, cinq ans et sept ans. À ce moment-là, il ne savait pas qu’il était atteint du virus.

«Ç’a commencé par une légère toux, je me sentais endolori, mais je me disais que c’était la fatigue du voyage que j’attribuais aussi au décalage horaire. Tout d’un coup, j’ai eu des frissons et comme une fièvre. Les autres membres de la famille ont commencé aussi à ressentir des symptômes légers», a-t-il raconté.

Son épouse, aussi atteinte de la COVID-19, a ressenti à peu près les mêmes symptômes, tandis que ses trois enfants ne sont pas infectés. Pourtant pendant deux semaines, toute la famille a vécu sous le même toit.

«Ils ont tous été déclarés négatifs. C’est comme le partie qu’on ne comprend pas, mais en même temps partout dans le monde, les enfants semblent épargnés par le virus. On essaie de faire attention, mais ça fait deux semaines qu’on est revenu puis on leur a donné de l’amour et des câlins.»

Avant même de subir le test de dépistage, le comédien a toujours agi comme s’il était atteint du virus puisqu’il revenait de voyage. Ses amis et la parenté leur apportent de l’épicerie sur le seuil de la maison. Ils ont pris soin de désinfecter tous les produits provenant de l’extérieur.

Le test de dépistage

Vendredi dernier, lui et sa conjointe ont décidé d’aller passer le test puisqu’ils avaient encore des symptômes. Deux jours plus tard, le verdict est tombé: les résultats sont positifs. Il a passé son test à l’Hôpital de Moncton.

«C’était exactement comme j’avais imaginé. On était tous dans la camionnette, tout le monde met son masque en arrivant et on va dans un genre de chapiteau blanc et des infirmiers blindés, super bien protégés, nous accueillent. Ils prennent notre température et on fait le test. Deux jours après, on a reçu les résultats. J’ai trouvé ça super bien fait.»

Ne connaissant pas trop cette nouvelle maladie, Christian Essiambre s’attendait à des symptômes beaucoup plus intenses. C’est pourquoi il a hésité longtemps avant d’aller subir le test de dépistage. Il ne voulait pas engorger le système de santé inutilement.

«Il peut y avoir plein de gens qui l’ont, mais qui ne le savent pas et qui ne respectent pas les règles d’isolement social et qui transmettent ça à d’autres qui eux vont peut-être avoir des symptômes plus sévères. Nous allons peut-être perdre ainsi des gens qu’on aime.»

«Par chez nous, à Campbellton, il y a quelques cas qui sont sortis. Il faut arrêter de faire des rencontres. Je sais que c’est le temps des sucres, je sais que c’est plate de rester en dedans, mais si on ne fait pas ça, on ne pourra pas aplanir la courbe et ça va être le chaos dans les hôpitaux.»

À sa grande surprise, en traversant la ville pour se rendre au centre de dépistage, il a vu beaucoup d’achalandage dans les rues de Moncton et des files d’attente devant les magasins d’alimentation.

«J’étais dans les rues de Londres et il n’y avait plus personne. J’arrive à Moncton et quand je vois autant de monde, je me dis que les gens ne réalisent peut-être pas la gravité de la situation. J’ai l’impression qu’avant que ça affecte quelqu’un qu’on connaît, les gens ne pensent pas que ça peut les atteindre.»

Maintenant qu’il sait qu’il a le virus, il est soulagé d’avoir respecté les mesures de confinement.

Une deuxième quarantaine

Comme les résultats sont positifs, lui et sa famille doivent observer une seconde quarantaine. Ils demeurent donc en confinement. Son épouse qui est médecin continue de travailler à partir de la maison en effectuant des consultations avec ses patients au téléphone.

Des infirmières les contactent régulièrement pour s’informer de l’évolution de leurs symptômes et récolter de l’information sur les gens qu’ils ont côtoyés avant le début du confinement. Pendant ce temps, le comédien occupe ses journées en pratiquant toutes sortes d’activités avec les enfants.

«Disons que nous sommes pas mal moins stricts sur les films et les jeux vidéo. Comme en fin de semaine, il a fait super beau, nous avons fait un feu à l’extérieur. Nous avons fait nos semis pour le jardin cet été. Tous les jours, on regarde nos petites pousses.»

Leçons de piano et de peinture figurent à l’horaire des activités. Sa fille a même participé à une fête d’anniversaire via Messenger.

«Il faut profiter de ce temps-là.»

Toutes ses tournées de spectacles sont annulées jusqu’à nouvel ordre, dont celle de la pièce L’incroyable légèreté de Luc L. La pièce Les sept branches de la rivière Ota devait aussi être présentée à Tokyo pendant les Jeux olympiques, mais comme les Jeux sont reportés, il y a peu de chance que le spectacle ait lieu. Christian Essiambre est comédien et coauteur de la comédie télévisée Les Newbies et il joue aussi le rôle de Ghislain, patron d’un restaurant, dans le téléroman Une autre histoire.