Nouveau-Brunswick: le poids démographique des francophones diminue

On fait dire aux chiffres ce qu’on veut, selon l’adage. Concernant le poids des francophones dans la population du Nouveau-Brunswick, toutes les méthodes de calcul donnent cependant le même résultat: une diminution légère entre 2001 et 2016.

C’est ce qu’ont montré Josée Guignard Noël et Éric Forgues dans le rapport qu’ils ont publié en mars pour l’Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques.

«Les populations de langue officielle en situation minoritaire varient parfois grandement selon les méthodes adoptées», ont-ils précisé.

Au Nouveau-Brunswick toutefois, la proportion de personnes dont le français est la langue maternelle et d’expression principale (241 000 locuteurs, soit un tiers des habitants) a diminué d’environ 1% entre 2001 et 2016.

La part des individus qui pourraient souhaiter des services en français (incluant les étrangers qui pratiquent la langue de Molière même s’ils ne l’ont pas entendue dès la naissance, par exemple) a aussi baissé de 1% entre 2001 et 2016 au Nouveau-Brunswick. Elle s’élève à 35%, représentant 260 300 locuteurs.

Les personnes qui parlent français alors qu’ils ont une autre langue maternelle ont atténué cette diminution. Leur nombre a crû de 19% dans la province entre 2001 et 2016, alors que celui des francophones d’origine y a décru de 1,3% pendant la même période.

Les chercheurs ont d’ailleurs constaté que le nombre d’anglophones utilisant régulièrement le français chez eux a augmenté de 15% entre 2001 et 2016 au Nouveau-Brunswick et de 60% au Canada hors Québec pendant la même période.

«L’exogamie est en augmentation, note Mme Guignard Noël à propos des mariages entre personnes de langues différentes, pour avancer une hypothèse d’explication. Si un anglophone est en couple avec une francophone, il pourra se mettre à parler français à la maison.»

Il y avait 313 000 locuteurs du français au Nouveau-Brunswick en 2016 en tenant compte uniquement de la connaissance de la langue (et non de sa pratique quotidienne). Ce nombre représente 43% de la population de la province, une proportion en diminution de 1% par rapport à celle de 2001.