Pour la sixième fois en 10 jours, aucun nouveau cas au Nouveau-Brunswick

Les directives contre la propagation de la COVID-19 pourraient être suspendues puis réinstaurées plusieurs fois durant les prochains mois afin de faire face à de nouvelles éclosions.

Les autorités néo-brunswickoises avaient une fois de plus de bonnes nouvelles pour la population, lundi.

Pour la sixième fois en dix jours, il n’y avait aucun nouveau cas à déclarer dans la province.

Au cours de la dernière semaine, seulement quatre nouveaux cas ont été recensés.

Depuis le 11 mars, 118 cas ont été confirmés et 98 personnes se sont rétablies. Cinq patients demeurent hospitalisés, dont deux qui sont aux soins intensifs.

La COVID-19 n’a fait aucune victime au Nouveau-Brunswick.

Cette tendance positive permet au gouvernement et à la Santé publique d’envisager le relâchement progressif de certaines mesures contre la COVID-19 même si rien n’a encore été annoncé.

«Chaque jour où il y a peu ou pas de nouveaux cas est un grand jour. Le fait que nous continuions à recevoir des résultats positifs renforce l’idée d’envisager une nouvelle normalité, quelle qu’elle soit», a commenté le premier ministre Blaine Higgs.

«Comme tout le monde, je ressens le besoin de changement.»

En ce qui concerne les directives de santé publique, la «nouvelle normalité» pourrait se traduire par un relâchement de certaines mesures, mais probablement pas de façon permanente.

«En attendant qu’un vaccin ou un autre traitement efficace soit largement disponible, nous devons rester vigilants», a prévenu la médecin-hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Dre Jennifer Russell.

«Nous devons nous faire à l’idée que nous pourrions assouplir les mesures lorsque le nombre (de cas) est faible, puis les rétablir lorsque le nombre est élevé.»

Les critères pour le relâchement des directives de santé publique et leur rétablissement si nécessaire sont en train d’être préparés au niveau national, a précisé Dre Russell.

«Nous intégrons cela dans notre approche provinciale. Nous veillerons à être prêts dès que possible en tenant compte de toutes ces informations. Nous devons être prêts à relâcher les mesures et à les imposer à nouveau dans un délai très court.»

La Santé publique provinciale envisage aussi d’élargir une fois de plus ses critères d’admissibilité au dépistage pour avoir un meilleur portrait de la situation au Nouveau-Brunswick.

Pour le moment, le dépistage est toujours réservé à ceux qui éprouvent deux symptômes ou plus parmi la fièvre supérieure à 38℃, la toux, le mal de gorge, l’écoulement nasal et le mal de tête.

Le dépistage pourrait toutefois être étendu aux personnes asymptomatiques qui font partie de groupes plus à risque d’attraper la COVID-19.

«Ça va arriver. J’espère que ça sera dans pas longtemps. Nous avons un groupe de travail qui a identifié les groupes vulnérables. (On parle) des gens qui sont dans les foyers de soins, des personnes qui vivent dans des refuges pour sans-abris, des gens en prison», a indiqué la médecin-hygiéniste en chef.