Les députés de retour à la législature à compter du 26 mai

Les députés provinciaux seront de retour en poste à Fredericton avant la fin du mois.

Le président Daniel Guitard a annoncé vendredi que l’Assemblée législative reprendra ses travaux le 26 mai d’un commun accord entre les partis.

Les élus devront toutefois s’entendre d’ici là sur la forme que prendront ces travaux afin de respecter les directives de la Santé publique durant la pandémie.

Les membres du comité d’administration de l’Assemblée ont rendez-vous la semaine prochaine pour discuter de la meilleure façon d’assurer l’éloignement physique et ainsi éviter la propagation de la COVID-19.

«Il y a plusieurs scénarios possibles. Il y en a qui sont compliqués et d’autres moins. Nous allons voir ce sur quoi les quatre partis peuvent s’entendre», indique M. Guitard en entrevue.

Les députés pourraient notamment choisir d’imiter leurs confrères du gouvernement fédéral en se réunissant à distance grâce à la téléconférence

Ils pourraient aussi décider de se rencontrer en personne à l’Assemblée en nombre réduit afin d’assurer une distance de deux mètres entre chaque élu.

La possibilité de convier les 47 députés dans une autre salle beaucoup plus grande, ailleurs qu’à l’Assemblée législative, afin de permettre l’éloignement physique, sera aussi envisagée.

Daniel Guitard prévient toutefois que les ressources de l’Assemblée législative pour ce genre d’initiatives ne sont pas inépuisables.

«Il faut tenir compte que je suis limité en termes de personnel. Je n’ai pas 300 ou 400 personnes comme à Ottawa.»

Il aurait d’ailleurs été difficile de rouvrir l’Assemblée législative avant le 26 mai étant donné l’ampleur de la tâche à accomplir d’ici là pour adapter le processus démocratique à la nouvelle réalité au temps du coronavirus, avance le président.

L’ordre du jour de la journée du 26 mai n’a pas encore été déterminé, mais le premier ministre Blaine Higgs estime qu’il devrait y avoir une période de questions.

«Nous allons travailler ensemble avec nos collègues pour déterminer de quoi aura l’air la nouvelle normale à l’Assemblée législative», a-t-il dit vendredi.

Lors des deux séances précédentes, en mars et en avril, les députés s’étaient entendus à l’unanimité pour passer outre les débats et la période de questions et procéder rapidement aux votes en raison de la pandémie.

M. Higgs espère que les députés profiteront de la reprise du processus démocratique pour consacrer leurs efforts collectifs à la lutte contre la COVID-19 et à la relance économique.

L’opposition officielle a déjà formulé quelques demandes en prévision du retour à l’Assemblée législative, en commençant par une mise à jour sur les perspectives économiques et l’état des finances de la province.

«Financièrement, il faut que l’on regarde ça et ça prend un peu plus de transparence», indique le leader parlementaire du Parti libéral, Guy Arseneault.

«C’est très important que l’on retourne à l’Assemblée aussi tôt que possible. C’est une étape très importante. Les gens veulent savoir ce qui se passe.»

Les libéraux souhaitent aussi absolument qu’une période de questions figure à l’ordre du jour du 26 mai.

«Ça, ce n’est pas négociable. Il faut avoir une période de questions. Le gouvernement doit répondre aux questions. C’est comme ça qu’on préserve la démocratie.»

On ne sait pas pendant combien de jours siégeront les députés lorsqu’ils seront de retour à Fredericton.

Guy Arseneault convient toutefois que les activités à l’Assemblée devront peut-être être limitées afin de ne pas monopoliser des ressources gouvernementales qui sont en demande ailleurs en raison de la pandémie.

«On ne peut pas enlever l’attention sur le virus. Je ne veux pas que l’on utilise des ressources qui pourraient servir à lutter contre la COVID-19.»