Tourisme: le Nouveau-Brunswick mise sur ses plages et ses parcs

À l’approche de la saison chaude, le gouvernement et les différentes associations touristiques invitent les Néo-Brunswickois à explorer leur propre province durant la période des vacances estivales.

Le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture a procédé au cours des derniers jours au lancement à travers les réseaux sociaux d’une campagne visant à promouvoir le Nouveau-Brunswick en tant que destination vacances auprès de ses résidents.

Avec la fermeture des frontières provinciales qui demeure en vigueur et l’absence de fêtes et festivals qui sont propices à la venue de visiteurs, le Nouveau-Brunswick n’a d’autre choix que de se tourner vers ses propres citoyens afin de sauver la prochaine saison touristique.

«L’été sera bien sûr différent, mais avec la levée graduelle des restrictions et du confinement il sera bientôt possible de sortir dehors et d’aller camper, jouer au golf, marcher ou s’étendre sur la plage», a affirmé en entrevue Bruce Fitch, le ministre du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture.

«Il existe plein d’endroits où l’on peut s’amuser, le Nouveau-Brunswick a beaucoup à offrir.»

Le ministre admet que les mesures restrictives aux frontières ne sont pas prêtes d’être abandonnées et que les touristes des autres provinces se feront par conséquent assez rares cet été au Nouveau-Brunswick.

«À l’inverse, toutes les festivités prévues à Montréal, Québec ou à Halifax sont annulées. L’occasion sera belle pour les Néo-Brunswickois de demeurer ici et d’explorer la province», a ajouté l’élu de la région de Moncton.

L’absence de touristes durant la prochaine saison estivale représente un véritable casse-tête pour les intervenants de l’industrie touristique.

Dans la Péninsule acadienne par exemple, près d’une réservation d’hôtel sur deux durant l’été provient du Québec.

«À défaut d’avoir plein de festivals à offrir, il faudra miser sur le plein air, les plages, les parcs et sur l’achat de produits locaux», a indiqué Yannick Mainville, le directeur de l’Office du tourisme de la Péninsule acadienne.

À l’instar du ministre responsable du tourisme, M. Mainville s’accroche à l’espoir de voir certaines attractions touristiques ouvrir leurs portes prochainement.

«Des endroits comme le Village historique acadien, le Phare de l’Île Miscou, l’Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick et quelques autres sites pourraient être ouverts avec un certain nombre de visiteurs et des mesures de distanciation comme l’on retrouve dans les magasins», a expliqué le responsable du tourisme dans la Péninsule acadienne.

«C’est quelque chose qui est souhaitée, ça permettrait d’attirer des visiteurs provenant d’ailleurs au Nouveau-Brunswick. Je crois qu’il y aura tout de même une saison touristique, les gens veulent bouger et prendre des vacances», a affirmé Yannick Mainville.

Le gouvernement devrait sous peu dévoiler d’autres assouplissements aux mesures restrictives imposées par la crise de la COVID-19.

En début de semaine dernière, Fredericton avait annoncé que les terrains de golf, les plages et les parcs pouvaient ouvrir à condition que des mesures de distanciation physique et de sécurité soient en place.

«Il y a des possibilités de voir d’autres commerces et certains sites touristiques comme le Jardin botanique du Nouveau-Brunswick ouvrir leurs portes si la sécurité des visiteurs et des employés peut être assurée», a indiqué à l’Acadie Nouvelle le ministre Bruce Fitch.

«On commence à voir la lumière au bout du tunnel… Si ça continue à bien aller, les gens pourront recommencer à sortir, même si ça se fera de façon un peu différente cet été.»