Higgs souhaite dépenser l’argent d’Ottawa comme il l’entend

Le premier ministre Blaine Higgs demande à Ottawa de faire preuve de plus de «flexibilité» dans l’utilisation des fonds fédéraux en infrastructure.

M. Higgs aimerait pouvoir consacrer une plus grande part de l’argent fédéral à la réfection et la rénovation des infrastructures existantes plutôt qu’à la construction et l’acquisition de nouvelles infrastructures.

M. Higgs a envoyé une lettre au premier ministre Justin Trudeau, le mois dernier, pour plaider sa cause.

«Dans cette lettre, j’ai demandé une plus grande collaboration sur divers points, notamment sur la flexibilité du programme de financement», a déclaré Blaine Higgs, lundi.

«Ce financement doit répondre aux besoins uniques de notre province.»

M. Higgs craint que le programme fédéral ne soit pas suffisamment souple pour lui permettre de dépenser l’argent là où les besoins sont les plus criants à son avis.

Selon lui, la part du lion du financement en infrastructure destiné au Nouveau-Brunswick servira à construire de nouvelles infrastructures.

«Ce qui m’inquiète, c’est que l’occasion est là de consacrer cet argent aux secteurs où nous en avons le plus besoin. Je crains que le fait de financer davantage d’infrastructures et de ne pas se limiter à ce qui est nécessaire pour assurer une bonne gestion des actifs n’ait des conséquences.»

Blaine Higgs appréhende le moment où Ottawa devra fermer le robinet en raison des bouleversements économiques provoqués par la pandémie de la COVID-19 et la crise du pétrole dans l’Ouest canadien.

«Le volume des revenus perçus par le gouvernement fédéral va être sévèrement touché, donc quand on pense aux paiements de transfert à venir, il est possible que les revenus de la province diminuent», a-t-il dit.

«Que devrait-on en prévision de ça? Devrait-on construire quelque chose de nouveau dont nous n’avons pas besoin ou devrait-on essayer de réparer ce que nous avons pour nous assurer que ça dure plus longtemps au cas ou nos revenus diminuent?»

M. Higgs a promis de soulever à nouveau la question cette semaine durant une téléconférence avec Justin Trudeau et les premiers ministres des provinces et des territoires.

Un salon de l’emploi virtuel

Fredericton invite les entrepreneurs et les travailleurs à la recherche d’un gagne-pain à participer à un salon de l’emploi virtuel, mardi et mercredi, au www.TravailNB.ca.

Plus de 50 employeurs sont déjà inscrits et attendent les participants dans leurs stands virtuels.

Les gens à la recherche d’un emploi pourront aussi discuter avec des conseillers en emploi de Travail NB.

Les employeurs peuvent aussi utiliser la plateforme pour discuter d’enjeux comme le recrutement, la rétention et la formation avec un consultant en main-d’œuvre.

La plateforme virtuelle de jumelage d’emploi est également accessible sur le site web de Travail NB. Cette plateforme a été lancée récemment par le gouvernement du Nouveau-Brunswick dans le sillage du moratoire sur les travailleurs étrangers temporaires pour limiter le risque de propagation de la COVID-19.

Selon le premier ministre Blaine Higgs, 500 emplois ont été affichés depuis le lancement de la plateforme et 367 personnes à la recherche d’un emploi se sont inscrites pour poser leur candidature à ces postes.