COVID-19: de l’argent supplémentaire pour les travailleurs de première ligne

Plusieurs milliers de travailleurs essentiels du secteur parapublic recevront une prime salariale pour leurs efforts durant la pandémie de COVID-19.

Le gouvernement provincial a dévoilé, mercredi, la liste de ceux qui seront admissibles à la prime fédérale de 2000$ durant la première phase du programme.

Il s’agit notamment du personnel des garderies éducatives, des foyers de soins spéciaux, des résidences communautaires, des foyers de groupe et des aides à domicile.

«Depuis le début de cette pandémie, les travailleurs essentiels de toute la province se sont dévoués pour le Nouveau-Brunswick», a déclaré le premier ministre, Blaine Higgs.

Le personnel des refuges pour sans-abri, des banques alimentaires, des maisons de transition et du secteur de la sensibilisation à la violence familiale recevront aussi cette prime.

Afin d’être admissibles au programme, les travailleurs essentiels à temps plein doivent gagner 18$ l’heure ou moins.

La prime sera versée par les employeurs toutes les quatre semaines pour 16 semaines. Les employeurs seront remboursés par le gouvernement provincial.

La prime est rétroactive au 19 mars, sauf pour les éducatrices en garderies qui sont revenues au travail ce mardi et qui recevront la prime jusqu’en septembre.

Fredericton estime la valeur de la première phase du programme à 36,4 millions $ à être payés en totalité par Ottawa.

La deuxième phase du programme qui n’a pas encore été annoncée se fera aux frais de la province et inclura d’autres catégories de travailleurs, a indiqué M. Higgs.

Les travailleurs des foyers de soins qui gagnent généralement plus que 18$ l’heure devraient faire partie de cette deuxième phase, a-t-il précisé.

«Je sais que leur charge de travail s’est accrue alors nous allons voir ce que nous pouvons faire dans ce cas là comme province. Nous reconnaissons que de l’excellent travail et des efforts supplémentaires ont été faits en raison de la pandémie.»

Le premier ministre canadien Justin Trudeau avait évoqué pour la première fois en avril la possibilité d’aider les provinces à bonifier le salaire des travailleurs essentiels durant la pandémie de COVID-19.

Plus tôt ce mois-ci, M. Trudeau avait annoncé qu’Ottawa s’était entendu avec les provinces pour verser 3 milliards $ en prime aux travailleurs essentiels.

Le fédéral devait alors payer les trois quarts de ces primes, laissant aux provinces et aux territoires le soin de trouver l’argent manquant.

Travailleurs étrangers temporaires

Blaine Higgs n’écarte pas la possibilité de bientôt renoncer au moratoire sur les travailleurs étrangers temporaires.

Interrogé par un journaliste durant son point de presse, mercredi, M. Higgs a admis encore une fois que les emplois occupés en général par ces travailleurs étrangers avaient attiré bien peu de Néo-Brunswickois jusqu’ici malgré les circonstances économiques difficiles créées par la pandémie.

«Vu l’ampleur du chômage dans cette province, je me serais attendu à ce que la participation soit beaucoup plus élevée», a souligné le premier ministre avant de pointer du doigt «la situation chronique» de l’Assurance-emploi et la Prestation canadienne d’urgence.

Le premier ministre a souligné que la pandémie de COVID-19 n’était plus aussi dramatique qu’au moment de décréter le moratoire et qu’il serait donc peut-être temps de reconsidérer la question.

Blaine Higgs a promis de venir en aide d’une façon ou d’une autre aux agriculteurs et aux transformateurs de produits de la mer qui comptent sur les travailleurs étrangers temporaires pour fonctionner.

«J’ai dit que je ne les laisserais pas sans employés et je le pensais. Je ne le ferai pas. Si nous ne remplissons pas la liste des besoins actuels dans les prochains jours, des décisions seront prises pour s’assurer que nous pouvons répondre aux besoins», a-t-il dit.

Encore plus de déconfinement

Le Nouveau-Brunswick entrera dans la prochaine phase de déconfinement, vendredi. Blaine Higgs l’a confirmé aux médias en point de presse, mercredi.

Le premier ministre n’a cependant pas donné plus de détails sur la phase jaune du déconfinement.

Le plan de rétablissement présenté le 25 avril prévoit notamment la réouverture des entreprises de services personnels comme les salons de coiffures et d’esthétiques durant la phase jaune.

Les rassemblements englobant la famille et les amis dans la même bulle font aussi partie du plan, tout comme les rassemblements de 50 personnes ou moins en respectant l’éloignement physique.

En date de mercredi, le Nouveau-Brunswick n’avait pas rapporté de nouveau cas de COVID-19 depuis 14 jours. La province ne compte aucun cas actif depuis quatre jours.