Des milliers de chirurgies non urgentes annulées

Plus de 2000 chirurgies non urgentes ont été annulées dans le système de santé public du Nouveau-Brunswick en mars à cause de la COVID-19.

À la mi-mars, alors que l’on craignait que le nombre de cas monte en flèche, les deux réseaux de la santé ont pris les devants et ont annulé ou reporté toutes les procédures électives.

On se doutait que cette décision allait affecter de nombreuses personnes. Des données communiquées à l’Acadie Nouvelle par les réseaux permettent de mieux en saisir la portée.

Pour la période du 16 au 31 mars, 727 chirurgies ont été annulées ou remises à plus tard dans le Réseau de santé Vitalité. Dans le Réseau de santé Horizon, on parle de 1294 procédures. Cela porte le total à 2021.

Comme l’explique le PDG de Vitalité dans une déclaration écrite, il n’existe pas de données du 1er avril à la reprise progressive des chirurgies non urgentes, le 11 mai.

Cela s’explique par le fait qu’aucune chirurgie non urgente n’a été programmée au cours de cette période.

«Après cette date, les chiffres réels n’ont pu être compilés de la façon habituelle étant donné qu’il était impossible aux patients de s’enregistrer pour obtenir ce service. Le Réseau ne peut donc divulguer de l’information précise, puisque celle-ci serait purement spéculative», affirme Gilles Lanteigne.

Vers une reprise des chirurgies électives 

Vitalité et Horizon ont entamé la reprise progressive de certaines activités, le 11 mai, peu après le passage à la deuxième phase du déconfinement au Nouveau-Brunswick.

«Nous avons commencé à réintroduire les chirurgies électives de haute priorité le 11 mai», affirme le conseiller principal en communications du Réseau de santé Horizon, Kris McDavid.

Pour ouvrir la voie à ces procédures prioritaires, les réseaux ont recommencé à offrir certains services. On parle entre autres de certaines cliniques de consultation externe et des de rayons X.

La reprise est aussi progressive dans le Réseau de santé Vitalité.

«L’ouverture complète de l’ensemble des services de chirurgie du Réseau peut encore prendre plusieurs semaines, alors que celui-ci suit la totalité des recommandations proposées par le Bureau du médecin-hygiéniste en chef provincial», affirme le PDG Gilles Lanteigne.

Il ajoute d’ailleurs qu’il est «pleinement conscient des inconvénients» engendrés par la réduction des services au sein du Réseau de santé Vitalité.

«Toutefois, celui-ci supporte les mesures préventives du ministère qui visent à réduire les risques de contagions de la COVID-19, assurant ainsi la santé des communautés néo-brunswickoises.»