Des produits de base pour les familles qui en ont besoin

Des aliments frais, des produits hygiéniques et des sacs de compostage seront offerts gratuitement dans la région Chaleur, samedi. Les coordinateurs de l’initiative espèrent susciter des discussions autour du manque de ressources en cette période difficile.

Anna Slater, Laura Little, Émilie Risdon et Cameron McLean ont à coeur leur communauté.

C’est pourquoi ils ont voulu tendre la main à ceux dans le besoin, tout en sensibilisant les plus fortunés en ces temps d’incertitude.

«Nous allons nous installer à trois emplacements, samedi, de 11h à 14h. Les gens sont invités à venir se servir parmi notre sélection», a expliqué M. McLean.

Grâce à une subvention de l’organisme caritatif TakingITGlobal et de dons locaux, divers produits, dont des fruits et des légumes frais, des savons et des brosses à dents seront offerts à travers la région Chaleur.

Des sacs à compostage seront aussi distribués afin d’encourager le compostage, le jardinage et donc, l’abondance à long terme.

Les quatre jeunes adultes se trouveront à Bathurst, près de l’école Bathurst High (BHS), au Sportek de Beresford et à la Première Nation Pabineau.

«Plusieurs personnes sont confrontées à un manque de nourriture, possiblement pour la première fois ou de manière intensifiée, ces temps-ci. Cette initiative est une façon de soulager ce problème, tout en essayant d’éliminer le stigma qui entoure celui qui doit demander de l’aide pour satisfaire ses besoins de base», a continué M. McLean.

Il souligne que les banques alimentaires sont plus achalandées que jamais depuis le début de la crise.

Ici, au Nouveau-Brunswick, la demande aurait bondi d’environ 30%.

«Nous espérons que suffisamment de gens seront réceptifs à l’idée et pourront aider les autres à se sentir à l’aise de participer à ce type d’événement.»

Le coordinateur précise toutefois que les produits qui seront offerts en fin de semaine ne sont pas réservés aux gens en difficulté.

Le programme Manger Frais Chaleur étant temporairement suspendu, il invite les adeptes de fruits et légumes frais à tirer eux aussi l’avantage de cette initiative.

«Je pense qu’il est important pour ceux qui veulent appuyer leur communauté de réaliser comment nos réseaux alimentaires sont interconnectés et de supporter l’agriculture locale et ce, qu’ils souffrent ou non d’un manque de ressources», a-t-il ajouté.

«Nous pouvons aussi faire attention d’où provient notre nourriture et partager nos surplus avec nos voisins, amies et la famille» Cameron Mclean rappelle qu’il y a assez de nourriture produite à l’échelle globale pour nourrir tout le monde.

Il s’agirait toutefois, selon lui, de réduire le gaspillage, qui compte actuellement pour 33% des ressources alimentaires.

Émilie Risdon, une récente diplômée de l’école BHS, à Bathurst, participe aussi à l’organisation de l’initiative depuis plusieurs semaines.

À 17 ans, Émilie Risdon est déjà passionnée d’aider les autres. – Gracieuseté

«Je crois que oui, c’est important de parler de ces enjeux maintenant, mais aussi en temps normaux. Nous devons nous appuyer les uns les autres et nous assurer que nous n’oublions pas ceux en difficulté.»

La jeune femme, qui dit avoir une passion pour aider les autres, à sauté sur l’occasion d’ajouter une nouvelle dimension au projet lorsqu’on lui a demandé d’y participer.

«Au début, je pensais aux différents besoins de base, l’un d’entre eux étant la nourriture, mais j’ai aussi voulu donner des produits hygiéniques puisqu’ils sont très importants.»

Tous les produits qui seront offerts samedi sont locaux, et dans le cas ou il y a un surplus, seront donnés aux banques alimentaires ou, dans le cas des sacs de compostage, aux groupes de jardinage.