Budget provincial: le surplus anticipé se transforme en déficit de 300 millions $

Le gouvernement provincial ressort l’encre rouge en raison de la COVID-19. Le surplus budgétaire prévu en mars est disparu et la province se dirige maintenant vers un déficit projeté de 299,2 millions $.

Dans une mise à jour publiée jeudi, Fredericton fait le point sur les conséquences que risque d’avoir la pandémie sur les finances publiques de la province.

Sans surprise, les prévisions faites en mars dernier lors du dépôt du budget 2020-2021 ne valent plus le papier sur lesquelles elles ont été imprimées.

Le surplus budgétaire de 92,4 millions $ est disparu. Le gouvernement prévoit désormais enregistrer un déficit de 299,2 millions $.

Ce revirement est en grande partie attribuable à une baisse projetée des revenus – tirés notamment des taxes, des impôts et des permis – de 291,4 millions $. Les dépenses devraient quant à elles augmenter de 100,2 millions $.

En entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle, le ministre des Finances explique que la situation financière de la province a changé tellement vite qu’il a l’impression que tout cela s’est passé en une seule nuit.

«On fait face à une situation qui ne ressemble à rien de connu. Comme le veut le dicton: on ne sait pas ce qu’on ne sait pas. Et c’est ce qui se passe tous les jours. On découvre que l’on ne savait pas certaines choses et il y a des conséquences importantes à tout ça», affirme Ernie Steeves.

Il note que son gouvernement a fait preuve de retenue depuis son arrivée au pouvoir. Cela a placé la province dans une position budgétaire qui l’aide à faire face à la crise actuelle, selon lui.

«On a prêché pour la prudence depuis le début. Et heureusement, nous avons budgété en conséquence depuis le début (de notre mandat). Cela a aidé à amortir le coup. Mais c’est quand même assez grave.»

On se rappelle en effet que les progressistes-conservateurs de Blaine Higgs – qui ont fait de l’équilibre budgétaire l’une de leurs priorités – ont tenu promesse.

Le premier budget Steeves, déposé en mars 2019, prévoyait un léger surplus. Il s’agissait de la première fois depuis l’année financière 2008-2009 qu’un ministre des Finances néo-brunswickois déposait un budget équilibré.

«Personne ne connaît le N.-B. comme les Néo-Brunswickois»

La mise à jour publiée jeudi par le ministère des Finances a de quoi surprendre.

C’est qu’à 299,2 millions $, le déficit projeté par Fredericton est beaucoup moins élevé que celui projeté par la Banque Scotia pas plus tard que la semaine dernière.

L’institution financière estime que le Nouveau-Brunswick se dirige vers un déficit record de 1,19 milliard $.

«Je ne sais pas comment ils en sont arrivés à leurs chiffres», répond le ministre Steeves lorsqu’on lui demande ce qui peut expliquer cette énorme différence.

Les prédictions du gouvernement provincial quant au recul du produit intérieur brut (soit la valeur de tous les produits et services) pour l’année 2020-2021 sont elles aussi plus optimistes.

Fredericton estime que la baisse sera de -4,3%, tandis que la Scotia prédit un recul de -8,4%.

Cela dit, les autres grandes banques canadiennes sont elles aussi plus optimistes. Leurs projections vont de -3,3% (CBDC) à -6,3% (CIBC).

Ernie Steeves affirme qu’il ne craint pas que les calculs du gouvernement provincial soient à côté de la plaque.

«Personne ne connaît le Nouveau-Brunswick comme les Néo-Brunswickois. Et je dois vous dire que l’équipe que j’ai au ministère des Finances et au Conseil du trésor est exceptionnelle. Je fais confiance à leur travail et à leurs projections.»