Les amateurs de VTT sont de retour sur les sentiers

Le beau temps est arrivé et les Néo-Brunswickois sont de retour sur les sentiers de quad après plusieurs semaines d’interdiction.

Aussitôt terminé son quart de travail, Paul Paulin saute à bord de son nouveau véhicule utilitaire de type côte à côte.

L’homme de Bathurst, qui pratique le sport depuis une vingtaine d’années, aime bien se détendre en profitant de randonnées en forêt, seul, avec sa conjointe ou en compagnie d’amis.

«Le VTT, pour moi, c’est comme une sorte de thérapie, confie-t-il en riant. Lorsqu’on a interdit l’accès aux sentiers, ouf, c’était quelque chose.»

Le 9 avril, la Fédération des véhicules tout-terrains du Nouveau-Brunswick (QuadNB) a annoncé la fermeture de tous ses sentiers gérés par la province afin de prévenir la propagation de la COVID-19.

Autre qu’un malentendu avec le gouvernement qui a mené à la réouverture des pistes pendant deux jours à la mi-avril, les quadistes ont dû attendre jusqu’au 8 mai pour revenir à leurs machines.

«On s’est acheté un nouveau côte à côte à la fin de l’hiver, poursuit M. Paulin. On a déjà roulé un peu sur les sentiers enneigés, mais on a hâte de le tester cet été.»

L’amateur de plein air souligne que lui et sa partenaire n’ont pas l’habitude de voyager à l’extérieur de la province.

Si les sentiers demeurent ouverts, le couple aura donc tout ce dont il lui faut pour profiter d’une belle saison estivale.

De son côté, Robert Lagacé s’est aussi fait plaisir avec l’achat d’un nouveau véhicule tout terrain cet hiver.

Lui et sa conjointe ont profité du soleil, le week-end dernier, pour passer du temps en nature dans la région de Cocagne.

«En fin de semaine, on est sortie toute la journée samedi et dimanche. On est parti tôt le matin, on a mangé dans le bois et on est seulement revenus après le souper.»

Le retraité pratique le sport à longueur d’année, mais durant la saison chaude, il exploite aussi la nature par son amour du camping.

«Ce qu’on planifie, cet été, c’est de partir avec notre roulotte de camping, s’installer à un endroit et explorer la région en VTT. La plupart des gens avec qui je parle envisagent la même chose.»

De nouveaux visages sur les sentiers 

Les frontières étant fermées, plusieurs Néo-Brunswickois ont dû faire une croix sur leurs projets de voyage cette année.

Chris Young, le gérant du concessionnaire Patterson Sales and Service, à Beresford, estime que cela pourrait inciter les consommateurs à tâter de nouveaux terrains.

«Nous avons rouvert la semaine dernière et c’était très achalandé. Cette semaine, c’est la même chose», a-t-il témoigné.

«C’est parce que les gens sont confinés à la maison. Ils n’ont pas pu voyager dans le sud et la plupart ne voyageront probablement pas à l’extérieur de la province ou du pays cette année(…) Je crois qu’ils se disent: “ je n’ai pas dépensé mon argent sur un voyage, en plus le gouvernement a pris bien soin de nous au cours des derniers moi, je peux me permettre de me faire plaisir avec cette machine.»

S’amuser… à distance

Est-ce que les mesures de distanciation sociale brisent la magie du sport? Les quadistes avec lesquels nous avons discuté disent que non.

«Lorsqu’on arrête pour jaser, la plupart du temps, nous sommes appuyés ou assis sur notre VTT, donc il y a toujours une bonne distance de toute façon (…)», a expliqué M. Doucet.

«L’important c’est de rester avec un groupe à qui tu fais confiance.»

M. Paulin est du même avis. Selon lui, il est assez facile de respecter les consignes.

«J’ai déjà fait quelques randonnées avec mes amis et il n’y a rien là (…)», a-t-il témoigné.

Le directeur général de QuadNB, Jacques Poirier, estime toutefois que l’interdiction des grands rassemblements (10 personnes et plus) pourrait affecter négativement l’expérience des quadistes.

«La plupart de nos membres se promènent habituellement en groupe. Ils vont arrêter à certains endroits, faire leur dîner sur le sentier, jaser (…) Moi j’ai déjà vu des groupes de 30, mêmes 40 personnes ensemble.»

Cela dit, M. Poirier avance que les quadistes ne sont pas trop préoccupés pour l’instant.

«Du fait que nos sentiers étaient fermés trois semaines, la plupart ne pensent pas à ça tout de suite. Ils se disent : “au moins nous sommes capables d’y aller en petit groupe.”»

Selon le directeur, ils seraient déjà plus de 1300 à avoir acheté leur permis de sentiers pour l’an 2020.

Naviguer les sentiers

Dans le nord de la province, dame nature travaille toujours à fondre la neige par endroit.

Or, certains sentiers demeurent fermés au public.

Dans les régions déneigées, QuadNB a toutefois demandé à ses 56 clubs membres de débuter l’inspection de leurs sentiers afin de veiller à la sécurité des quadistes.

Pour connaître l’état des sentiers où découvrir les milliers de kilomètres qui forment le réseau, la fédération a récemment dévoilé une carte interactive qui peut être téléchargée sur appareil mobile ou système GPS.

Le directeur général espère que cet outil facilitera la vie aux quadistes d’expérience, mais aussi aux nouveaux membres qui tentent le passe-temps pour la première fois.