Un député québécois souhaite la réouverture de la frontière avec le N.-B.

Le député de la circonscription québécoise de Rivière-du-Loup-Témiscouata, souhaite l’intervention du gouvernement fédéral afin de favoriser un retour à la libre circulation entre sa province et celle voisine du Nouveau-Brunswick.

En entrevue mercredi sur la plateforme web d’informations Mon Témiscouata, Denis Tardif, de la Coalition avenir Québec (CAQ) a révélé que des discussions à ce sujet sont actuellement en cours.

Ces pourparlers impliqueraient entres autres la ministre québécoise responsable des relations canadiennes, Sonia Lebel, la ministre du Tourisme Caroline Proulx et la ministre fédérale du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly.

La question des frontières canado-américaines et celles entre le Québec et le Nouveau-Brunswick seraient au coeur des discussions, selon Denis Tardif.

«Des négociations et des discussions sont en cours pour demander l’intervention du gouvernement du Canada pour faire avancer le dossier. Il faut qu’Ottawa fasse un petit bout de chemin», a déclaré le député de la CAQ.

«On ne peut pas vivre sous une cloche de verre indéfiniment», a affirmé M. Tardif en faisant référence aux restrictions imposées aux voyageurs dans l’est du pays.

Il appert que des représentants du gouvernement du Nouveau-Brunswick ont également pris part aux discussions, selon ce qu’a appris l’Acadie Nouvelle.

Il n’a pas été possible d’obtenir des détails au sujet de la teneur de ces discussions de la part du bureau du ministre des Affaires intergouvernementales et premier ministre, Blaine Higgs.

Denis Tardif a quant à lui refusé de répondre aux questions de l’Acadie Nouvelle, affirmant ne pas vouloir s’immiscer dans des questions touchant les affaires du Nouveau-Brunswick.

La députée provinciale Francine Landry, dont la circonscription de la région d’Edmundston se trouve en partie aux abords de la frontière qui sépare le Nouveau-Brunswick et le Québec, a indiqué ne pas avoir participé aux pourparlers.

«De toute façon, j’imagine que les discussions sont maintenant au point mort avec tout ce qui vient de survenir dans le Restigouche et les nouvelles mesures qui sont désormais en vigueur dans cette région et dans le reste de la province», a affirmé la députée libérale de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston.

La marche de solidarité devant se tenir dimanche après-midi du côté du Nouveau-Brunswick a d’ailleurs été annulé a fait savoir jeudi soir la responsable de l’événement.