Nouvelle éclosion: des centaines de personnes se font tester dans le Restigouche

L’éclosion soudaine d’un foyer de COVID-19 au Restigouche sera un test important pour mesurer la réponse du système de dépistage et de traçage du virus estime le Réseau de santé Vitalité.

Depuis mercredi, un blitz de tests a été effectué au niveau du personnel de la santé et des personnes qui auraient en contact direct avec l’un ou l’autre des cas trouvés positif.

Vendredi matin, ces tests se sont non seulement poursuivis, ils se sont étendus à la population générale compte tenu du haut risque de contamination communautaire.

Des centres de dépistages ont ainsi été installés au Centre civique de Campbellton ainsi qu’au Palais des glaces de Dalhousie.

Des citoyens du Restigouche se sont rendus, vendredi, aux centres de dépistage de la COVID-19 mis en place par la province. – Acadie Nouvelle Jean-François Boisvert

«La réponse des communautés du Restigouche est forte. La ligne 811 fonctionne à plein régime. Nous avons dépassé les objectifs que nous nous étions fixés jeudi et vendredi, ça n’a pas dérougi. Nous allons donc probablement atteindre et dépasser notre objectif», explique Gilles Lanteigne, PDG du Réseau de santé Vitalité

Il précise que le dépistage auprès du personnel de la santé demeure une priorité absolue pour le réseau, le foyer de contamination étant l’Hôpital régional de Campbellton même.

Pour vendredi, l’objectif global était de 200 tests de dépistages; on parle de 500 incluant la fin de semaine.

Des citoyens du Restigouche se sont rendus, vendredi, aux centres de dépistage de la COVID-19 mis en place par la province. – Crédit Acadie Nouvelle Jean-François Boisvert

Parmi la population testée, on retrouve un groupe de trois employés du village d’Atholville. De ce lot, Ernest Walters avoue qu’il ne ressentait pas de symptôme particulier associé à la COVID-19. Il n’a pas non plus été en contact direct ou indirect avec une personne infectée par le virus, du moins à sa connaissance. Il a tout de même tenu à se faire tester.

«C’est avant tout une mesure de précaution. On travaille pour une municipalité, donc nous sommes en contact avec plusieurs personnes et puisqu’il y a une éclosion dans la région, le risque est plus élevé. On veut faire attention de ne pas contribuer à propager le virus auprès de nos proches ni dans la communauté», exprime-t-il.

Selon ce dernier, la municipalité d’Atholville n’a pas demandé ni obligé son personnel à se faire tester, mais elle l’encourage. Les trois employés se sont donc rendus au Centre civique de Campbellton vendredi matin pour subir le test.

«C’est vraiment dommage tout ce qui se passe en ce moment parce que jusqu’ici, ça allait bien, très bien même. Et là, tout à coup, on voit des cas surgir et on retourne à la phase précédente. C’est inquiétant au niveau de la santé des citoyens, et aussi décevant parce que la dernière chose que l’on veut c’est une grosse éclosion qui nous forcerait à reculer encore d’une autre phase», poursuit M. Walters.

Non loin de là, Jason Frenette – pompier au sein de la brigade des incendies de Campbellton – venait aussi de se faire tester. Dans son cas, le niveau d’anxiété est légèrement plus élevé puisqu’il a été en contact étroit avec l’un des employés de la santé testés positifs.

«Lui et sa famille sont des amis. Ils faisaient partie de notre bulle familiale. On s’est rendu à sa résidence, on ne savait pas qu’il était infecté à ce moment», confirme celui qui ne peut retourner au travail avant de recevoir ses résultats.

Fes citoyens du Restigouche se sont rués, vendredi, aux centres de dépistage de la COVID-19 mis en place par la province. – Crédit Acadie Nouvelle Jean-François Boisvert

Ambulance NB déploie des ressources supplémentaires

Le foyer de l’éclosion de la COVID-19 étant l’urgence de l’Hôpital régional de Campbellton, celle-ci a été fermée jusqu’à la semaine prochaine. Entre-temps, les ambulances sont détournées vers l’Hôpital de la région Chaleur.

Selon le PDG de Vitalité, des arrangements ont été pris avec Ambulance NB afin d’assurer que les transferts de patients se fassent en sécurité et que les effectifs soient en nombre suffisant sur le territoire.

Directeur général d’Amulance NB,  Richard Losier, confirme que des effectifs supplémentaires ont été requis pour combler ce surplus de transferts.

«En réponse à la fermeture du service d’urgence de l’Hôpital régional de Campbellton, nous avons également affecté un travailleur paramédical en soins avancés dans cette région et nous prévoyons aussi y ajouter une ambulance additionnelle», souligne-t-il.

Il note avoir également mobilisé les professionnels de la santé du Programme extramural et les travailleurs paramédicaux d’Ambulance NB des quatre coins de la province pour aider à répondre à la demande accrue de tests de dépistage.

Recyclage repoussé

En raison du retour à la phase orange, la Commission de services régionaux du Restigouche a pris la décision de repousser jusqu’à nouvel ordre la remise en place du programme de recyclage résidentiel. Celui-ci avait été mis sur la glace depuis le mois de mars, donc depuis l’apparition des premiers cas de la COVID-19 dans la province, en raison de la fermeture des centres de tri.

Selon Betty-Ann Fortin, directrice générale de la CSR-Restigouche, la décision de retarder le recyclage n’est pas en lien avec une demande des centres de tri, mais bien une décision prise par son organisation même.

«Le centre de tri avec lequel on fait affaire (Tracadie) ne nous a pas contactés pour dire qu’il ne voulait pas de notre recyclage en raison de l’éclosion de la COVID-19, mais notre crainte est que ça pourrait arriver si les cas positifs continuent d’affluer. On veut éviter de relancer notre programme et d’être obligé de l’arrêter à nouveau une ou deux semaines après», souligne Mme Fortin.

La décision a donc été prise vendredi d’attendre que la situation se stabilise et de passer officiellement à la prochaine phase (jaune) avant de redémarrer cette collecte.

«On ne veut pas repousser cela indéfiniment. On espère pouvoir le relancer très bientôt. On comprend la déception des gens, mais on invite le public à faire preuve d’un peu de patience quitte à conserver leurs recyclables dans des sacs en attendant», ajoute Mme Fortin.