Trois nouveaux cas de COVID-19 dans un foyer de soins d’Atholville

La Santé publique du Nouveau-Brunswick a recensé trois nouveaux cas de la maladie respiratoire causée par le coronavirus, dimanche, dans le Manoir de la Vallée, un foyer de soins de longue durée situé à Atholville.

Les trois personnes déclarées dimanche sont âgées de 80 à 89 ans tandis que celle signalée samedi est une septuagénaire. Tout le personnel et les résidents de l’établissement ont été testés. Un des résidents touchés par la maladie a été hospitalisé.

Le premier ministre Blaine Higgs a indiqué que l’établissement accueillait 51 personnes. Jusqu’à présent, une seule unité où vivent 18 résidents a été touchée par l’éclosion.

Des mesures ont été prises pour garder les résidents atteints en isolement. Ceux qui ont reçu un résultat négatif ont également été placés en isolement et feront l’objet de suivis au cours des 14 prochains jours.

«Une éclosion dans un établissement pour personnes âgées est la plus grande crainte de tous, a déclaré la médecin-hygiéniste en chef, Dre Jennifer Russell. Soyez assurés que notre priorité absolue est la santé et la sécurité des résidents et de ceux et celles qui prennent soin de ces personnes.»

La semaine dernière, un employé de l’établissement avait été déclaré positif.

Les 12 cas actifs dans la province sont liés à l’éclosion dans la zone 5 (Restigouche).

Cette éclosion a commencé après qu’un travailleur de la santé eut contracté le virus au Québec et est retourné au Nouveau-Brunswick sans se placer en quarantaine pendant 14 jours. Il a exposé au moins 150 personnes à la COVID-19, dont une cinquantaine de travailleurs de l’Hôpital régional de Campbellton.

En tout, trois personnes sont hospitalisées, dont une aux soins intensifs.

Aucune autre région n’est touchée pour l’instant, bien que la Dre Russell a prévenu que cela ne veut pas dire qu’elles sont à l’abri.

«Tout le Nouveau-Brunswick doit travailler ensemble. Je sais que cette situation cause beaucoup d’anxiété et de frustration. Il faudra s’y habituer jusqu’à ce qu’il y ait un remède ou un vaccin. Nous n’habitons pas sur une île et nous ne pouvons pas fermer nos frontières entièrement. Il faut se soutenir. Il faut jeter le blâme sur le virus et non les autres.»

Par ailleurs, 10 des 28 travailleurs du Manoir de la Vallée ont quitté leur emploi depuis l’apparition des premiers cas.

«C’est un peu préoccupant. Dans un contexte comme ça, c’est là que tu as le plus besoin de tes employés. Nous sommes tout de même certains d’avoir assez de travailleurs sur les lieux pour s’assurer que les résidents reçoivent tous les soins nécessaires et que l’endroit est correctement désinfecté. Mais il sera intéressant de savoir ce qui les a poussés à quitter leur travail», a mentionné le premier ministre Blaine Higgs.

Le gouvernement a fait appel aux employés du Programme extra-mural pour coordonner les soins cliniques à administrer aux résidents en collaboration avec Ambulance NB, le personnel régional du ministère du Développement social, du ministère de la Santé et du Réseau de santé Vitalité.

Jusqu’à présent, 26 172 tests ont été effectués au Nouveau-Brunswick. Ce nombre comprend plus de 1300 tests qui ont été traités samedi, ce qui représente le plus grand nombre de tests effectués en une seule journée depuis le début de la pandémie. Depuis vendredi, plus de 2000 personnes ont été testées dans la région du Restigouche.

Puisque tous ceux qui n’avaient pas de symptômes ont reçu des résultats négatifs, la médecin-hygiéniste en chef indique qu’à partir de lundi, les tests seront seulement offerts à ceux qui ont deux symptômes ou plus.

La Santé publique a l’intention de faire passer des tests de dépistage dans les autres résidences de soins à longue durée situées dans la zone 5, et ce, à compter de cette semaine.

L’urgence de l’Hôpital régional de Campbellton demeurera fermée au moins jusqu’au début de cette semaine. Les services et soins de santé non urgents ont aussi été annulés.