Le Nouveau-Brunswick poursuivra son déconfinement vendredi

La majeure partie Nouveau-Brunswick poursuit son déconfinement et pourra bientôt accueillir des proches de l’extérieur de la province.

La province entre officiellement dans la deuxième étape de la phase jaune, vendredi, malgré le premier décès attribuable à la COVID-19 survenu la veille.

La zone 5, aussi appelée la grande région de Campbellton, demeure toutefois dans la phase orange jusqu’à la fin de l’éclosion qui a coûté la vie à un résident du Manoir de la Vallée, jeudi.

Les centres d’entraînement physique, les piscines et les spas peuvent notamment rouvrir leurs portes après plus de 11 semaines d’inactivités.

Les patinoires, les salles de billard et les salons de quilles peuvent aussi recommencer à accueillir des clients.

«Je remercie les gens du Nouveau-Brunswick de leur patience et de leur volonté constante de mettre la santé et la sécurité au premier plan afin de limiter la propagation de la COVID-19», a déclaré le premier ministre Blaine Higgs lors d’un point de presse, jeudi.

«Adopter les mesures de précaution adéquates à court terme aura des répercussions positives à long terme. En travaillant ensemble, nous traverserons cette période difficile.»

Les Néo-Brunswickois pourront aussi recommencer à visiter leurs proches en foyers de soins à partir de vendredi.

Les visites devront cependant se dérouler à l’extérieur et être limitées à deux visiteurs par résident qui devront se tenir à au moins deux mètres.

Les rassemblements de 10 personnes ou moins à l’intérieur des maisons privées sont aussi autorisés. Des rassemblements publics de 50 personnes ou moins à l’extérieur pourront avoir lieu si les mesures de distanciation physique sont respectées.

Un maximum de 50 personnes pourra se réunir à l’intérieur pour des cérémonies religieuses s’il est possible de rester à deux mètres les unes des autres.

Les sports d’équipe à faible contact sont permis à condition de suivre les directrices des organisations sportives nationales ou provinciales.

Fredericton demande aussi aux ligues sportives de limiter le nombre et l’intensité des contacts étroits en plus de restreindre le nombre de spectateurs à un adulte par enfant.

«Nous avons également décidé que pour tout résident du Canada, se rendre au Nouveau-Brunswick pour assister à un service funéraire ou à l’enterrement d’un membre de la famille immédiate est un déplacement nécessaire», a confié Blaine Higgs.

Des directives à l’intention de ceux qui entreprendront un déplacement au Nouveau-Brunswick pour cette raison seront bientôt publiées, a-t-il dit.

Bientôt d’autres mesures

Le premier ministre a aussi donné un aperçu des autres activités qui devraient pouvoir reprendre à partir du 19 juin si la pandémie de COVID-19 demeure sous contrôle au Nouveau-Brunswick.

Les autorités permettront alors aux Néo-Brunswickois d’accueillir les membres de leur famille proche qui sont résidents canadiens et qui vivent à l’extérieur de la province s’ils s’isolent pour deux semaines après leur arrivée.

Les résidents canadiens qui possèdent une résidence secondaire au Nouveau-Brunswick pourront aussi y accéder à condition d’y demeurer seuls pour quatorze jours.

Si tout se déroule comme prévu, dans deux semaines, les résidents des établissements de soins de longue durée et les patients des hôpitaux seront autorisés à recevoir un visiteur à la fois à l’intérieur.

Les visiteurs devront se couvrir le visage durant leur passage à l’hôpital ou au foyer de soins.

Les camps de vacances seront aussi autorisés à ouvrir à partir du 19 juin.

Une bulle avec l’Î.-P.-É.?

La création d’une bulle entre le Nouveau-Brunswick et l’Île-du-Prince-Édouard est à nouveau sur la table alors que l’éclosion de COVID-19 dans le Restigouche semble être sous contrôle.

Le premier ministre Blaine Higgs a confirmé, jeudi, que l’ouverture du pont de la Confédération à la circulation de plaisance était à nouveau envisagée pour le commencement de la saison estivale.

«Je pense que c’est tout à fait possible. Nous allons continuer à en discuter avec nos collègues de l’Île-du-Prince-Édouard. Je pense qu’envisager cela pour le début de l’été est une réalité», a-t-il confié.

«Les prochaines semaines nous le dirons alors que nous surveillerons attentivement ce qui arrivera dans la province durant les quatorze prochains jours.»

Blaine Higgs veut aussi poursuivre les discussions avec les premiers ministres des autres provinces de l’Atlantique afin de préparer un certain retour à la normale dans la région.