Il n’est pas encore trop tard pour les jardiniers amateurs qui aimeraient semer leur jardin. Et pourquoi ne pas y incorporer cette fois quelques plants de cannabis?

Comme chaque printemps depuis maintenant quelques années – et même bien avant la légalisation du cannabis à des fins récréatives –, Justin (non fictif) a démarré une petite plantation maison. Celle-là entièrement légale, quatre plants maximums de cannabis, comme le stipule la loi.

Ses plants sont pour l’instant toujours à l’intérieur, mais ils prendront bientôt le chemin d’une petite serre qu’il compte aménager sur son terrain.

«Par le passé, je les plantais dans un champ. Là, j’essaye autre chose question de voir si les plants seront plus performants», confie ce dernier.

Sa récolte l’année dernière était pourtant prometteuse, la température aidant. Les plants étaient vigoureux, bien garnis. Toutefois, il a tardé à les récolter, de sorte qu’une partie de son cannabis a pourri sur ses plants.

Cette année, ses plants proviennent de boutures faites à partir de plants d’un ami et non pas de graines vendues chez Cannabis NB. Cela dit, même s’il avait voulu s’approvisionner légalement en graines auprès de la société d’État, il n’aurait pas pu. Ce produit était en effet en rupture de stock depuis plusieurs semaines, autant en succursale que sur la plateforme en ligne.

«L’approvisionnement (de graines) a été un problème majeur», confirme d’ailleurs Tom Tremblay, porte-parole de Cannabis NB.

«Nous venons de conclure un accord avec une nouvelle entreprise de la Colombie-Britannique pour nous fournir trois nouvelles variantes de graines. Nous nous attendons à ce qu’ils soient en ligne et en magasin d’ici la fin de juin», ajoute-t-il.

Bonne nouvelle toutefois, Cannabis NB vient tout juste de recevoir une cargaison afin de pouvoir accommoder les horticulteurs amateurs.

«Nous avons reçu cent caisses de graines de Tweed Bakerstreet. Cet envoi est arrivé à notre entrepôt dernièrement et a été distribué à nos succursales ainsi que rendu disponible en ligne», note M. Tremblay.

Il faut dire qu’à défaut de s’approvisionner auprès de Cannabis NB, il est impossible pour un résident du Nouveau-Brunswick d’obtenir en ligne des graines – ou tout autre produit de cannabis – auprès d’une société d’État d’une autre juridiction. Présentement les clients peuvent seulement acheter des produits en ligne expédiée à une adresse de leur province, une situation qui n’est pas sans causer certaines frustrations.

«On peut posséder quatre plants, mais les graines sont tellement difficiles à obtenir. Et la variété très limitée. C’est à se demander si on veut vraiment que les Canadiens – ou à tout le moins les Néo-Brunswickois – puissent vraiment produire leur propre récolte. Il ne faut pas s’étonner que les gens s’approvisionnent au marché noir», estime un autre consommateur/producteur qui préfère également conserver l’anonymat.

Celui-ci attendait toutefois l’arrivée des graines chez Cannabis NB pour démarrer sa plantation, chose qu’il peut désormais faire. Mais ces graines arrivent-elles trop tard?

«Non, c’est un peu comme un jardin. Début juin, c’est encore un bon moment pour démarrer des plants, mais ça commence à être limite», indique Sophie Maugeais, enseignante du cours Culture du cannabis du Collège communautaire de Campbellton.

Selon elle, l’idéal aurait été de démarrer le tout plus tôt à l’intérieur et de transplanter les plants ensuite à l’extérieur.

«Cela permet aux plants d’être plus robustes. Mais si quelqu’un les plantes en ce moment, ils devraient tout de même avoir de bons résultats à la récolte à l’automne. C’est une plante qui est généralement très productive dans les bonnes conditions», ajoute-t-elle.

Quelques conseils pour les horticulteurs amateurs qui désirent tenter leur chance avec les plants de cannabis?

«Je conseillerais de démarrer les plants tout de suite à l’intérieur – si possible avec un dôme afin de retenir l’humidité – jusqu’à la germination. C’est une plante qui vient du sud, donc qui aime l’humidité, la chaleur et le maximum de luminosité. Une fois l’apparition de la tige, on enlève le dôme, et après l’arrivée de quatre à cinq feuilles, on peut apporter les plants à l’extérieur. Mais pas au gros soleil, car on veut éviter les chocs, que les feuilles brûlent», souligne l’enseignante.

Une fois à l’extérieur, le choix du lieu d’ensemencement importe également puisque les plants de cannabis peuvent facilement atteindre six pieds de hauteur et même plus.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle