COVID-19: tout ce que vous devez savoir lundi

La propagation de la COVID-19 ralentit au pays, mais la coronavirus est encore loin d’avoir dit son dernier mot.

Selon les données mises à jour à 4h dans la nuit de dimanche à lundi, le nombre de cas au pays s’élève à 95 699. Il s’agit d’une hausse de 4770 par rapport à sept jours plus tôt (5,2%).

Des cas répertoriés, 56,7% sont considérés guéris. Sept jours plus tôt, ce taux était de 54,5%.

Le nombre de décès atteint maintenant 7800, en hausse de 405 par rapport à lundi matin dernier (5,6%).

Le taux de mortalité au coronavirus au pays s’élève maintenant à 8,2% (contre 4,4% dans les province de l’Atlantique).

Parlant de l’Atlantique, le nombre de cas s’élève maintenant à 1484 dans les quatre provinces les plus à l’est du pays, en hausse de 6 par rapport à sept jours plus tôt. Le coronavirus y a fait 65 morts et 16 cas sont considérés comme actifs (dont 15 au Nouveau-Brunswick).

Sur la planète, le site WordOMeter fait état de près de 7,115 millions de cas d’infection et de 406 000 morts.

Le site dénombre maintenant 2 millions d’infectés aux États-Unis, dont un peu plus de 112 000 morts.

Les autorités sanitaires croient toutefois que ce nombre est beaucoup plus élevé en raison du nombre de personnes qui sont décédées à la maison sans avoir subi de test de dépistage au préalable.

À lire

COVID-19: un nouveau cas dimanche au N.-B.

COVID-19: une deuxième vague est toujours possible 

COVID-19: Aucun nouveau cas, le gouvernement recule sur le port du masque

 

La télémédecine connaît un franc succès au Canada

L’écrasante majorité des Canadiens qui ont consulté leur médecin de manière virtuelle pendant la pandémie de COVID-19 sont satisfaits de l’expérience, révèle un sondage commandé par l’Association médicale canadienne (AMC).

Ils seraient en fait 91% à se dire satisfaits de leur expérience avec la télémédecine, soit 17% de plus que ceux qui se sont rendus en personne à un service d’urgence, selon le coup de sonde mené par la firme Abacus Data, et dont les résultats ont été dévoilés lundi.

«Près de la moitié (47%) des Canadiens qui ont eu l’occasion d’utiliser les soins virtuels pendant la pandémie préféreraient une méthode virtuelle comme premier point de contact avec leur médecin à l’avenir», note l’association médicale dans un communiqué.

L’adoption des soins virtuels a été faite «par nécessité» en raison des mesures d’éloignement physique, a reconnu le Dr Sandy Buchman, le président de l’AMC. Cela a cependant initié un «mouvement», dit-il, étant donné que la population a trouvé l’expérience «extrêmement positive».

Un groupe de travail dirigé par l’association a recommandé dans un rapport plus tôt cette année qu’Ottawa crée un «cadre» pancanadien pour les soins virtuels où les provinces et les territoires occuperont une place majeure dans l’amélioration et l’élargissement de l’offre.

«Tous les Canadiens, qu’ils vivent en ville ou à la campagne, dans des régions éloignées ou des communautés autochtones, profiteraient de nouvelles options et d’une commodité accrue dans l’accès aux soins de santé», a écrit la Dre Gigi Osler, la coprésidente du Groupe de travail.

Le sondage a été réalisé en ligne du 14 au 17 mai auprès de 1800 répondants. Aucune marge d’erreur ne peut être calculée étant donné qu’il ne s’agit pas d’un échantillon aléatoire probabiliste.

La COVID-19 aurait été éradiquée en Nouvelle-Zélande

La Nouvelle-Zélande a annoncé lundi l’abolition de toutes les restrictions associées à la pandémie de coronavirus, après la guérison de la dernière patiente connue sur l’île.

Les frontières du pays demeureront fermées, a précisé la BBC britannique, mais la distanciation sociale ne sera plus nécessaire et aucune limite ne sera imposée aux rassemblements.

Aucune nouvelle infection n’a été rapportée en Nouvelle-Zélande depuis plus de deux semaines.

La première ministre Jacinda Ahern a dit aux journalistes que son pays se trouve maintenant dans une position «plus solide, plus forte», tout en prévenant qu’il ne sera pas facile de revenir à la vie pré-COVID.

La Nouvelle-Zélande avait imposé dès le 23 mars la fermeture des écoles et de la majorité des entreprises, en plus de confiner les gens chez eux.

Tous les Néo-Zélandais qui rentrent de l’étranger devront respecter une quarantaine de 14 jours.

Le coronavirus a infecté 1154 personnes et fait 22 morts en Nouvelle-Zélande.

Les marchés européens ralentissent lundi

Les marchés européens ont ralenti lundi, malgré la bonne performance constatée en Asie.

Le CAC français glissait de 0,5%, le DAX allemand de 0,6% et le FTSE 100 britannique était stable.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles et l’indice élargi S&P 500 étaient en hausse de 0,2%.

En Asie, le Nikkei 225 a avancé de 1,4% à Tokyo et la bourse de Shanghaï a pris 0,2%.

Le Hang Seng est demeuré stable à Hong Kong et le Kospi a progressé de 0,1% à Séoul.

La bourse australienne était fermée pour un congé.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 35 cents US à 39,91 $US le baril.