COVID-19: tout ce que vous devez savoir mercredi matin

La propagation de la COVID-19 ralentit considérablement au pays, mais la coronavirus est encore loin d’avoir dit son dernier mot.

Selon les données mises à jour à 4h dans la nuit de mardi à mercredi, le nombre de cas au pays s’élève à 96 653. Il s’agit d’une hausse de 409 par rapport à la veille (0,4%). La veille, l’augmentation avait été de 545. Il y a quelques jours à peine, la hausse quotidienne se chiffrait à plus de 1000 cas.

Des cas répertoriés au pays depuis le début de la crise, 57,5% sont considérés guéris.

Le nombre de décès atteint maintenant 7897, en hausse de 62 par rapport à lundi matin (0,8%).

Le taux de mortalité au coronavirus au pays s’élève maintenant à 8,2% (contre 4,4% dans les province de l’Atlantique).

Parlant de l’Atlantique, le nombre de cas s’élève maintenant à 1495 dans les quatre provinces les plus à l’est du pays, en hausse de 2 par rapport à la veille. Le coronavirus y a fait 66 morts (soit un de plus qu’hier) et 26 cas demeurent actifs (dont 25 au Nouveau-Brunswick).

Sur la planète, le site WordOMeter fait état de plus de 7,347 millions de cas d’infection et de 414 000 morts.

Le site dénombre maintenant plus 2 millions d’infectés aux États-Unis, dont un peu plus de 114 000 morts.

Les autorités sanitaires croient toutefois que ce nombre est beaucoup plus élevé en raison du nombre de personnes qui sont décédées à la maison sans avoir subi de test de dépistage au préalable.

Les pays qui sont frappés par le plus de décès depuis le début de la crise sont, outre les États-Unis, le Royaume-Uni (40 883), le Brésil (38 497), l’Italie (34 043) et la France (29 226).

 

À lire

Les changements à la PCU inquiètent les chômeurs

Le Village historique acadien pour décrocher de la COVID-19

Nés de la pandémie de COVID-19, les télésoins s’enracinent

La pandémie risque de nuire à la francophonie des universités

COVID-19: un nouveau cas, cette fois à Moncton

 

La famotidine à la rescousse?

Un médicament contre les brûlures d’estomac et le reflux gastrique, et disponible en vente libre, pourrait alléger les symptômes de la COVID-19 et même accélérer le rétablissement des personnes infectées.

La famotidine est offerte au Canada sous le nom commercial de Pepcid.

Des chercheurs américains ont étudié dix patients qui présentaient des symptômes légers. Tous ont commencé à prendre de la famotidine entre deux et 26 jours après l’apparition des symptômes.

Certains ont rapporté une amélioration de leur toux et de leur essoufflement après seulement 24 heures, et tous les patients avaient pris du mieux après 48 heures, selon le Daily Mail britannique.

Les médecins ne comprennent pas vraiment ce qui se passe. Il se pourrait que la famotidine tue le virus, qu’elle stimule le système immunitaire, ou encore qu’elle l’empêche de s’emballer. La famotidine pourrait aussi bloquer une enzyme dont le virus a besoin pour se répliquer.

Les chercheurs n’excluent pas non plus que l’effet placebo soit en cause, ou que les améliorations observées soient simplement le fruit du hasard.

Les conclusions de leur étude sont publiées par le journal médical Gut.

 

Les marchés prennent du mieux en attendant la Fed

Les marchés de la planète prenaient majoritairement du mieux, mercredi, en attendant une rencontre de la Réserve fédérale des États-Unis.

En début de séance en Europe, le CAC 40 avançait de 0,8% à Paris, le DAX de 0,4% en Allemagne et le FTSE 100 de 0,3% à Londres.

À New York, avant l’ouverture des marchés, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles et l’indice élargi S&P 500 étaient en hausse de 0,5%.

En Asie, le Nikkei 225 a pris 0,2% à Tokyo et le Kospi 0,3% à Séoul. La bourse australienne et le Hang Seng à Hong Kong étaient essentiellement inchangés.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a perdu 85 cents US à 38,09 $US le baril.