La famille de Chantel Moore réclame justice à Edmundston

Près de 200 personnes ont pris part samedi après-midi à Edmundston à une marche de guérison organisée à la mémoire de Chantel Moore, cette jeune femme d’origine autochtone abattue le 4 juin dernier par un policier qui s’était rendue à sa résidence afin de vérifier si elle se portait bien.

La marche a débuté sur le coup de 13h sur le territoire de la Première nation malécite du Madawaska.

Les participants ont parcouru un peu plus d’un kilomètre dans le calme avant de se rassembler à la Place de l’hôtel-de-ville où s’est déroulée une cérémonie en l’honneur de la jeune mère de famille qui était âgée de 26 ans.

Des membres de la famille de Chantel Moore se sont adressés à la foule présente sur place, réclamant justice et la tenue d’une enquête publique sur les circonstances entourant le décès récent de la dame.

Joe Martin, le grand-père de la victime du drame, a souligné que la famille composait avec un deuxième décès à survenir au sein des leurs qui impliquait un policier en devoir.

“Comment pouvons-nous maintenant faire confiance à un service de police?”, a t-il lancé à la foule lors de la cérémonie tenue à quelques dizaines de mètres seulement du lieu où Chantel Moore a perdu la vie.

“J’espère que le policier qui a tué Chantel sait à quel point la famille est dévastée”, a par la suite affirmé Nora Martin, la grand-mère de la défunte.

Jake Stewart, le ministre provincial responsable des Affaires autochtones, Brenda Murphy, la lieutenante-gouverneure du Nouveau-Brunswick et le maire d’Edmundston, Cyrille Simard, ont aussi pris la parole lors de l’événement.

“C’est un moment chargé d’émotions et de symbolisme, des évènements comme ça il y en a eu trop souvent au pays. Notre pays a besoin d’évoluer, il y a des choses à améliorer et à changer”, a affirmé le maire Simard.

Le ministre Stewart s’est dit honoré d’avoir été invité aux célébrations qui ont pris une toute autre dimension avec le décès de Rodney Levi, qui a lui aussi été abattu par balles la veille lors d’un incident similaire survenu dans la région de Miramichi.

Qualifiant les événements de tragiques, le député de la région de Miramichi a offert ses condoléances aux familles éprouvées, tout en affirmant sans retenu que le racisme systémique existait dans l’appareil gouvernementale.

“Il n’y a plus de confiance dans le système de justice chez les autochtones, et ce même si l’incident survenu vendredi soir n’avait pas eu lieu”, a affirmé Jake Stewart, avant d’ajouter que des discussions au sujet de ces deux décès auront lieu au cours de la semaine à venir au sein des élus et du gouvernement conservateur.

Des marches de guérison ont également lieu samedi à Fredericton, à Moncton, à Halifax, à Toronto et en Colombie-Britannique, province d’origine de la famille de Chantel Moore.