Trois nouveaux cas de COVID-19 au Nouveau-Brunswick lundi

La Santé publique du Nouveau-Brunswick a rapporté trois nouveaux cas de COVID-19 dans la province, lundi, dont ceux de deux travailleurs étrangers temporaires dans la région de Moncton

Les deux travailleurs étrangers sont âgés de la vingtaine et de la trentaine et sont demeurés isolés depuis leur arrivée au Nouveau-Brunswick, a indiqué la médecin-hygiéniste en chef, Dre Jennifer Russell.

«Nous suivons des protocoles très stricts en ce qui concerne les travailleurs étrangers temporaires. Ils sont en isolement et ils devront avoir deux tests négatifs dans une période de sept jours avant de pouvoir retourner travailler», a-t-elle expliqué lors d’un point de presse, lundi.

Un autre travailleur étranger temporaire dans la région de Moncton a reçu un test positif pour la COVID-19 la semaine dernière.

Le troisième nouveau cas de lundi est un travailleur de l’Hôpital régional de Campbellton âgé de la vingtaine.

Il y a eu 160 cas au Nouveau-Brunswick depuis le début de la pandémie et 29 cas sont toujours actifs. Deux personnes âgées sont décédées de la COVID-19, dont une durant la fin de semaine.

Quatre patients sont hospitalisés en ce moment dont un aux  soins intensifs. À ce jour, 37 509 tests de dépistage ont été réalisés.

Blitz de dépistage à l’hôpital 

Parmi les trois nouveaux de la COVID-19 confirmés lundi par l’hygiéniste en chef de la province, un se trouve dans la zone 5. Il s’agit d’un employé de l’Hôpital régional de Campbellton.

L’établissement constitue, avec le foyer de soins Manoir de la Vallée d’Atholville, le second point chaud de la récente éclosion du virus dans le Restigouche. À ce jour, huit employés de l’hôpital ont été trouvés positifs au virus, tous affectés à l’unité COVID-19. Vingt-sept autres ont été retournés à la maison pour isolement préventif. Du coup, l’établissement se voit privé en l’espace de quelques jours de plus d’une trentaine de travailleurs.

Ainsi, le service de l’urgence demeure fermé jusqu’à nouvel ordre. Les services et soins ambulatoires non urgents ainsi que les chirurgies non urgentes demeurent également suspendues. Aussi, aucune visite aux patients n’est autorisée pour le moment. Ces mesures, selon Vitalité, sont «nécessaires afin d’assurer la sécurité du personnel et des patients».

En point de presse, le premier ministre de la province, Blaine Higgs, a défendu ces décisions prises par le Réseau de santé Vitalité.

«Ces services sont gérés par Vitalité, c’est lui qui décide ce qui est requis pour faire respecter les normes de santé. Je pense qu’il est important de respecter les décisions proposées par le Réseau de santé Vitalité. Ils le font dans le meilleur intérêt de la région à ce moment-ci, car ils essayent de limiter la propagation du virus», a indiqué le premier ministre.

Compte tenu de l’éclosion, le Réseau de santé Vitalité a mené au cours des derniers jours un nouveau blitz de tests de dépistage au sein du personnel de ses deux hôpitaux restigouchois. Depuis samedi, 251 employés et médecins dépistés ont été testés, plus précisément 120 au Centre Hospitalier Restigouche et 131 à L’Hôpital Régional de Campbellton.

L’Hôpital régional de Campbellton compte 154 lits. Son taux d’occupation n’est toutefois que de 65%. L’unité COVID-19 compte pour sa part trois patients atteints du virus, et un quatrième se trouve sur l’unité des soins intensifs.

– Avec la collaboration du journaliste Jean-François Boisvert