Les éoliennes d’Anse-Bleue seraient visibles du VHA

Un document commandé par l’Association des énergies renouvelables responsables de la Péninsule acadienne démontrerait que le parc éolien Chaleur Ventus, en projection de construction dans la communauté d’Anse-Bleue, serait effectivement visible du Village historique acadien à Bertrand. Si c’est le cas, le groupe d’opposition détiendrait alors un argument additionnel possiblement pesant dans leur lutte contre l’arrivée des tours sur leur territoire immédiat.

En novembre, autant les autorités du VHA que le ministère du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture ont en effet exprimé une condition non négociable aux intentions de Naveco Power, à savoir que les installations de la firme énergétique de Fredericton ne devaient pas se trouver sous aucun prétexte dans le champ de vision des visiteurs au Village historique acadien.

L’étude de l’entreprise F. J. Productions de la région de Shippagan, dont l’Acadie Nouvelle a obtenu copie, présente quatre photographies aériennes captées par un drone cet hiver à l’endroit où seraient érigées les tours.

À la demande du regroupement s’opposant au projet, F. J. Productions s’est rendu à deux points correspondant supposément à l’emplacement de deux des cinq turbines prévues.

À l’aide du drone, deux clichés à une hauteur de 116 mètres, correspondant à l’emplacement des rotors, et deux autres à 195 mètres, soit au zénith des pales, ont été pris.

Les photos aériennes prises à une hauteur de 116 et de 175 mètres par F. J. Productions aux endroits où seraient érigées deux tours du parc éolien Chaleur Ventus, à Anse-Bleue. – Gracieuseté

Les photos pointent dans la direction du Nord-Ouest, là où se trouve le VHA. On y aperçoit un paysage boisé avec quelques clairières au loin, dont une qui serait apparemment le site du village.

Selon l’Association des énergies renouvelables responsables de la Péninsule acadienne, ces images sont la preuve que la technologie éolienne polluera le paysage visuel du lieu touristique racontant l’histoire du peuple acadien.

«Ça prouve que Naveco répand des faussetés, affirme le porte-parole Martin Dionne. Ils disent que ça ne sera pas visible, alors qu’on le voit pourtant dans ces photos. Leurs images graphiques ne veulent rien dire. Notre rôle, en tant que citoyen, est de surveiller toute entreprise privée qui veut s’installer chez nous. Ces photos montrent que Naveco n’est pas de bonne foi.»

Une copie du document de F. J. Productions a été remise en début de semaine à Sylvain Godin, directeur général du Village qui a attiré plus de 60 000 visiteurs en 2019. M. Dionne s’attend à que les gestionnaires du site analysent minutieusement ces clichés.

L’initiative de Naveco Power d’une valeur de 30 millions $ devait être financée en partie par la Ville de Bathurst, jusqu’à un maximum de 20 millions $. La municipalité s’est retirée du projet pendant la tourmente exprimée par la communauté située à l’est de Grande-Anse qui s’opposait à la présence de ces turbines dans leur environnement immédiat, à l’automne.

Naveco Power entend toutefois poursuivre ses engagements avec la contribution d’une coopérative et d’une compagnie torontoise. L’énergie produite – 20 mégawatts – assurerait l’alimentation de près de 9000 maisons et serait connectée à une ligne de transmission près de Bertrand. Selon leurs projections graphiques, les tours ne seraient pas visibles du VHA.

Le projet est actuellement dans la phase d’étude d’impact environnemental requis par le gouvernement provincial.

Le Village historique acadien a demandé pour avoir accès à ces photos, a confirmé Mylène Dugas, responsable des communications. À l’heure actuelle, le directeur général n’a pas eu la chance de les analyser, indique-t-elle.

Cependant, la position du lieu touristique demeure inchangée depuis l’automne.

«Le Village historique acadien ne signera pas l’accès à son terrain, si les éoliennes sont visibles du Village», a laissé savoir M. Godin.

Naveco Power prévoit utiliser une portion non exploitable des terrains appartenant au VHA pour y enfouir les câbles de distribution d’énergie allant des tours jusqu’à une ligne de transmission.

Les photos aériennes prises à une hauteur de 116 et de 175 mètres par F. J. Productions aux endroits où seraient érigées deux tours du parc éolien Chaleur Ventus, à Anse-Bleue. – Gracieuseté