Fermeture des tribunaux de Tracadie et Caraquet: les rumeurs s’intensifient

Les rumeurs parlant d’une fermeture imminente des cours provinciales de la Municipalité régionale de Tracadie et de Caraquet refont surface. La ministre de la Justice, Andrea Anderson-Mason, n’a rien fait pour les atténuer lorsque questionnée par la députée de Caraquet, Isabelle Thériault. Certains intervenants craignent que le ministère camoufle sa décision derrière la pandémie de la COVID-19.

L’Acadie Nouvelle avait dévoilé cette situation en février, quelques semaines avant l’arrivée du coronavirus. Le gouvernement Higgs avait apparemment l’intention à ce moment de fermer les derniers palais de justice qui ne seraient pas rattachés à une Cour du Banc de la Reine.

Outre Tracadie et Caraquet, celui de Burton, près de Fredericton, était dans la mire du gouvernement.

Depuis les restrictions émises en raison de la pandémie, les avocats et les juges se sont adaptés au télétravail quand vient le temps de plaider des causes criminelles.

Rapportant des pourparlers à ce sujet selon ses sources, la députée de Caraquet, Isabelle Thériault, a interpellé la ministre de la Justice, Andrea Anderson-Mason, jeudi à l’Assemblée législative.

La ministre a mentionné que les changements technologiques apportés pendant la pandémie avaient amélioré le système juridique, au point où la province est devenue un meneur au pays dans le domaine.

«Le service a continué de fonctionner. Ce que nous avons constaté est que l’implantation de la technologie à travers la province avait amélioré l’accès à la justice. La députée est inquiète pour sa circonscription, mais ma préoccupation est d’assurer un accès dans toute la province. Nous allons prendre une décision basée sur des faits», a-t-elle répondu.

«Sa réponse n’a pas été concluante, a constaté Mme Thériault. C’est flou. Elle n’a pas voulu valider si les cours de Tracadie et de Caraquet allaient rester ouvertes. Ça nous inquiète, parce que nous vivons une perte sournoise de nos acquis en santé, en développement social et avec les bureaux de Service N.-B. qui ne sont pas tous réouverts. Et là, la question de nos palais de justice refait surface. Nous affrontons un gouvernement qui n’a pas l’habitude de consulter la population en temps normal. Alors, avec cette pandémie, il faut demeurer vigilant et sur nos gardes si on ne veut pas qu’il profite de la situation pour amener des changements.»

«La rumeur est toujours là, a fait part le député de Tracadie, Keith Chiasson. J’étais à Fredericton la semaine dernière et je l’ai entendue. Il faut envoyer rapidement un message au gouvernement Higgs que nous ne voulons pas de cette fermeture avant que la hache tombe sur les cours provinciales de Tracadie et de Caraquet.»

La situation est si préoccupante qu’elle a été amenée d’urgence à l’ordre du jour de la réunion publique du conseil municipal de la MRT, lundi soir.

Le maire Denis Losier a aussi eu vent de ces rumeurs lesquelles annonceraient une fermeture d’ici à quelques semaines des deux services et une annexion au palais de justice de Bathurst. Il a eu écho de ces informations vendredi matin.

«C’est inacceptable, a-t-il déclaré. C’est pourquoi j’ai amené ce point à la dernière minute au conseil. On va voir ce que les élus vont dire et nous prendrons position.»

Le maire de Caraquet, Kevin Haché, a cependant stipulé qu’il n’avait rien entendu parler là-dessus, sauf le fait que c’était une possibilité lorsque dévoilé par le journal en février.

«Ça va coûter plus cher aux clients d’aller se présenter en cour à Bathurst, a-t-il néanmoins admis. Depuis la COVID-19, les comparutions se font par téléphone. La Cour provinciale s’est adaptée avec la technologie, mais ça reste quand même compliqué.»

«Nous sommes sur le qui-vive depuis février, reprend Keith Chiasson. Les gens qui gravitent autour de nos palais de justice sont inquiets. Est-ce que ce gouvernement profite de la COVID-19 pour passer en douce cette décision? J’avoue que ça m’est venu à l’idée qu’il tire avantage de la situation. Et comme tout se fait maintenant par téléphone ou le télétravail, raison de plus pour lui de fermer Tracadie et Caraquet.»

À son avis, le ministère de la Justice se trompe s’il pense faire des économies en prenant cette décision. Le député libéral rappelle que le bureau-chef de la GRC pour la Péninsule acadienne est à Tracadie, tout comme le bureau de la Protection de l’enfance. Faire voyager leurs agents à Bathurst pour comparaître devant la cour va signifier des coûts additionnels importants, calcule l’élu.

Fredericton a fermé la plupart des cours provinciales depuis une quinzaine d’années. Dans la Péninsule acadienne, les bureaux de Shippagan et de Néguac ont connu ce sort, même si la région ne compte pas de Cour du Banc de la Reine.