Excursions près de chez vous: Au pied des cascades, trésors cachés de la province

NDLR: Le tourisme sera local cet été. Notre journaliste Simon Delattre vous propose donc d’embarquer dans un périple à travers la province. Il amène avec lui sa curiosité, son goût pour les rencontres et une envie de découvrir les trésors méconnus du Nouveau-Brunswick.

Un réveil matinal lance la troisième journée de mon voyage journalistique sur les routes du Nouveau-Brunswick. Mission du jour: découvrir trois cascades en remontant vers le Madawaska, mon point de chute pour la soirée.

La première étape de cette journée-marathon se trouve à mi-chemin entre Saint-Jean et Fredericton. Les majestueuses chutes Welsford sont sans doute les plus populaires de la région.

Je suis donc agréablement surpris de constater que les lieux sont déserts ce matin. Par un temps radieux, j’arpente le sentier qui descend en pente douce le long du ruisseau Mud. Le silence n’est brouillé que par le chant des oiseaux et le bruit de l’eau.

À peine 400 mètres plus loin, les chutes offrent une vue spectaculaire. La cascade se divise en deux et ruisselle sur la roche jusqu’à une piscine naturelle.

Me voilà déjà comblé, quel bonheur de pouvoir explorer de tels coins de pays épargnés par la foule!

On compte plusieurs centaines de chutes à travers la province. Leur beauté semble attirer plus de visiteurs que jamais. C’est en tout cas le constat que dresse James Donald, fondateur du site Hiking NB sur le lequel il a répertorié quelque 460 sentiers du nord au sud.

«La fréquentation sur mon site a presque doublé par rapport à l’an dernier, je crois que beaucoup de gens ont profité du confinement pour faire des découvertes», mentionne-t-il.

Le groupe Facebook Waterfalls of New Brunswick compte d’ailleurs près de 38 000 membres.

Suivant les conseils de connaisseurs, je me mets désormais en quête des chutes Coac Falls. Je remonte le fleuve Saint-Jean jusqu’à Mactaquac avant de me perdre sur les routes de campagne du comté de King.

Sur un chemin de terre quelque part à l’est de Nackawic, la présence de branches d’arbres, de roches, et autres nids de poules me force à continuer ma route à pied. Difficile d’accès, la cascade ne se dévoile qu’aux plus méritants. Après une heure à progresser dans le bois guidé par mon GPS, je trouve finalement un ruban rose indiquant le sentier menant au bas de la chute.

Le bruit du torrent vient alors réchauffer le coeur du randonneur. Me voilà bientôt face à un joyau de nature affranchi de l’humanité. Les chutes Coac Fall sont splendides: l’eau ruisselle sur plusieurs étages entre les rochers moussus et alimente un petit bassin.

Je contemple un bon moment cette vision de paradis avant de regagner mon véhicule. Sur la route 104 qui me mène à Hartland, je suis frappé par le nombre de résidences incendiées ou laissées à l’abandon.

Mon pèlerinage s’achève sur la visite des chutes Maggie’s Falls, à proximité d’Arthurette.

On y accède par un sentier qui descend en douceur. Après un petit quart d’heure de marche, je devine le cours d’eau à travers les résineux, quelques centaines de mètres plus bas. La pente devient plus raide et j’atteins une série de six petites cascades bordées de grands arbres aux racines entrelacées. La forêt est enchanteresse et l’endroit d’un calme olympien. Voilà l’un de ces lieux dont on ressort apaisé.

Voilà, j’ai la piqûre! Où James Donald, après 10 ans de randonnées, me suggérait de mettre les pieds à l’avenir? «Je conseille souvent aux gens le circuit Maliseet près de Meductic», répond-il.

Cette promenade de 1500 mètres mène aux chutes Hays Falls, hautes de 20 mètres. En chemin vous penserez peut-être aux membres la Première nation malécite qui, bien avant le 17e siècle, empruntaient déjà ce sentier de portage pour voyager entre la rivière Saint-Jean et la rivière Penobscot, dans le Maine.

 

NOTRE DOSSIER: