Restigouche: les libéraux tirent à boulets rouges sur Blaine Higgs

Le chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Kevin Vickers, s’est arrêté au Restigouche mercredi afin de remercier et d’encourager les employés de l’Hôpital régional de Campbellton, eux qui viennent de vivre des semaines éprouvantes en raison de la COVID-19.

Pancarte à la main, il s’est installé pendant une bonne heure devant les portes de l’établissement.

Le chef libéral n’était pas seul. À ses côtés, ses collègues députés de la région, Guy Arseneault (Campbellton-Dalhousie) et Gilles LePage (Restigouche-Ouest), mais également de nombreux maires ainsi que des représentants de la chambre de commerce.

«Les employés de l’hôpital font un travail incroyable dans des conditions difficiles. On souhaitait donc leur dire un merci sincère», a indiqué le chef libéral, content de voir le service d’urgence à nouveau fonctionnel

Cette visite coïncidait avec la reprise de ce service à Campbellton, un service fermé pendant une dizaine de jours en raison d’une éclosion de la COVID-19 au sein du personnel.

«Je comprends qu’il y a des problèmes au niveau des ressources humaines pour garder l’urgence ouverte, mais ce service demeure de la plus haute importance pour les gens de la région. Ça me dérange de voir que des patients ont dû être transférés dans la région voisine (Chaleur) pour obtenir des soins», a confié le politicien.

Premier chef de parti à visiter la région depuis le début de la pandémie, M. Vickers n’a pas mâché ses mots contre le premier ministre qui, dit-il, a complètement ignoré cette partie de la province qui avait pourtant besoin d’appuis et de leadership alors qu’elle traversait une crise sans précédent.

La région vient de vivre une éclosion de la COVID-19, éclosion qui a d’ailleurs menée aux deux premiers décès attribuables à ce virus dans la province et qui a ralentit le déconfinement de l’ensemble de la zone 5.

«C’était le devoir de Blaine Higgs venir ici, de discuter avec les intervenants de la région de leurs préoccupations, de leurs demandes. Il ne l’a pas fait. Je l’encourage donc à le faire, tout comme les chefs des autres formations», a lancé le chef libéral.

Incompréhension

Ce silence radio et cette absence de M. Higgs au Restigouche irritent par ailleurs passablement le député de Restigouche-Ouest. En plus du dossier de l’hôpital, Gilles LePage avait identifié comme étant prioritaire celui de la création d’une bulle entre le Restigouche et la région d’Avignon en Gaspésie. Mais le premier ministre a coupé court à ses aspirations.

«Cette bulle entre nos communautés, c’est ce que l’on recherche. Mais ce que l’on vient d’entendre du premier ministre, c’est qu’il n’a même pas commencé à travailler sur cette possibilité même si on talonne son gouvernement à ce sujet. C’est très décevant de voir que ça ne fait pas partie de ses priorités, car c’est une priorité ici pour nos communautés. Ce gouvernement néglige complètement nos préoccupations, celles de nos citoyens, de nos gens d’affaires ainsi que de nos voisins immédiats pour qui nous sommes essentiels», mentionne M. LePage, prenant soin de rappeler aux Gaspésiens qui attendent avec impatience la réouverture de la frontière que ce ne sont pas les élus locaux qui bloquent le dossier.

«Au contraire, tout le monde ici au Restigouche est prêt pour cette bulle. Là où le message bloque, c’est au cabinet du premier ministre. C’est ce dernier qui a tracé cette ligne et qui n’en démord pas», dit-il.

M. LePage et sa collègue du Madawaska, Francine Landry, ont déposé une motion à l’Assemblée législative la semaine dernière en faveur de la création de bulles communautaires avec les régions québécoise frontalière d’Avignon et du Témiscouata.