Frontière entre le N.-B. et le Québec: une autre manifestation pacifique aura lieu

Le Comité Solidarité Inter-Provinciale entend tenir une seconde manifestation pacifique afin de dénoncer les restrictions aux voyageurs qui sont toujours en vigueur à la frontière séparant le Québec et le Nouveau-Brunswick.

Les mesures, qui empêchent tout voyageur de l’extérieur d’accéder au territoire néo-brunswickois sans motif valable, sont en place depuis déjà trois mois et visent évidemment à limiter la propagation de la COVID-19.

La manifestation se tiendra le samedi 4 juillet, à partir de 14h (heure de l’Atlantique), aux abords de l’aéroport d’Edmundston à Saint-Jacques.

Les manifestants en provenance du Bas-Saint-Laurent se rendront à Dégelis, à la frontière qui sépare les deux provinces, question d’aller à la rencontre des participants du Nouveau-Brunswick.

La porte-parole du groupe, Fanny Beaulieu-Levesque, dénonce le fait que le Québec a été écarté de la formation d’une bulle pour les provinces de l’Atlantique qui permettra aux résidents de voyager dans les quatre provinces sans devoir s’auto-isoler à compter du 3 juillet.

«Les gens de Terre-Neuve peuvent se promener sans problème au Nouveau-Brunswick alors que les résidents de Dégelis, qui se trouve à quelques pas seulement d’Edmundston, n’ont pas le même droit. C’est ridicule et rire des gens», a affirmé la responsable québécoise de la manifestation.

Cette dernière espère que la population des deux côtés de la frontière répondra en grand nombre à l’invitation, question de lancer un message clair au gouvernement de Blaine Higgs.

Des élus du Madawaska ont d’ailleurs tenu au cours des derniers jours à faire part de leurs doléances au premier ministre du Nouveau-Brunswick.

«Mesures disproportionnées, discrimination envers une partie de la population du N.-B., manque de respect et manque d’empathie», a déclaré Francine Landry, la députée provinciale de Madawaska-Les-Lacs-Edmundston.

Le maire de la Communauté rurale de Haut-Madawaska, Jean-Pierre Ouellet, s’est adressé par écrit au premier ministre et réclame la création d’une bulle géographique régionale incluant les régions d’Aroostook (Maine), du Témiscouata et du Madawaska.

«Les francophones vivant dans les régions frontalières du Québec et qui entretiennent des liens économiques, familiaux et culturels ont besoin d’un coup de pouce au même titre que les autres régions de la province», peut-on lire dans la missive du maire du Haut-Madawaska à l’endroit de Blaine Higgs.

Les organisateurs de la manifestation invitent les participants à respecter la distanciation physique et au port du masque par mesure préventive.

Un rassemblement devrait également se dérouler simultanément à Campbellton et à Pointe-à-la-Croix, deux communautés du Nouveau-Brunswick et du Québec qui sont aussi de proches voisines.