Le policier impliqué dans le décès de Chantel Moore est de retour au travail

Le policier impliqué dans le décès de la jeune Chantel Moore est depuis peu de retour à son travail. C’est ce que confirme la Ville d’Edmundston. Un rassemblement a eu lieu vendredi pour dénoncer ce retour.

«Le policier est affecté à des tâches de bureau jusqu’à la conclusion de l’enquête indépendante du Bureau des enquêtes indépendantes du Québec», a indiqué Mychèle Poitras, porte-parole de l’administration municipale.

L’organisme gouvernemental est chargé de faire la lumière sur les circonstances entourant l’intervention policière qui s’est soldée par le décès de la jeune mère de famille d’origine autochtone le mois dernier à Edmundston.

Il faut noter que les conclusions du rapport d’enquête ne seront pas rendues publiques en raison des informations sensibles contenues et des témoignages livrés par des témoins et des personnes impliquées dans l’incident.

Le 4 juin dernier en pleine nuit, la Force policière d’Edmundston est intervenue au domicile de Chantel Moore – qui se trouve au centre-ville de la municipalité – afin de vérifier si elle se portait bien.

Selon informations fournies par la police peu après l’incident, un agent a fait feu sur Chantel Moore alors que celle-ci se trouvait en possession d’un couteau et semblait menaçante.

Manifestation contre le retour du policier 

L’annonce du retour au travail du policier a vivement fait réagir les proches de Chantel Moore.

Une vingtaine de personnes, dont des membres de la famille de la victime se sont d’ailleurs réunies vendredi midi devant les bureaux de la Force policière d’Edmundston.

Une vingtaine de personnes, dont des membres de la famille de Chantel Moore, se sont réunis vendredi midi devant les installations de la Force policière d’Edmundston, en guise de protestation au retour au travail du policier impliqué dans l’incident mortel. – Acadie Nouvelle: Sébastien Lachance

Les participants au rassemblement ont vivement dénoncé le retour au travail du policier et réclamé que ce dernier soit traduit en justice.

Les personnes présentes ont paisiblement exprimé leur mécontentement au son des tambours et de chants traditionnels autochtones.

Leur présence inattendue au centre-ville d’Edmundston a suscité plusieurs réactions d’automobilistes. Ces derniers ont été nombreux à saluer les manifestants de la main et à les appuyer en klaxonnant.

Martha Martin, la mère de la jeune victime, s’est jointe au groupe peu après midi. Elle était accompagnée de la fille de Chantel Moore et des cendres de la disparue.

«Je me demande pourquoi la Force policière d’Edmundston ne révèle pas l’identité du policier, je sens que l’on veut le protéger. Il n’y avait pas de protection pour ma fille lorsqu’on est allé frapper à sa porte», a déclaré la mère éplorée.

«Je vais continuer jusqu’à ce que justice soit rendue, j’ai promis à ma fille que c’est ce que j’allais faire.»