Quand l’urgence de créer des souvenirs est plus importante que le coronavirus

Restrictions ou non, Vincent Guitard et son conjoint, Roger Vienneau, n’ont qu’une chose en tête… profiter pleinement! Si le couple de Bathurst a dû adapter son itinéraire au contexte pandémique cet été, il n’a pas renoncé à l’aventure pour autant.

Mardi après-midi, M. Guitard et M. Vienneau se la coulaient douce à la maison.

Il s’agissait d’une des rares occasions où les vacanciers n’avaient rien au menu. Ils en ont donc profité pour jaser de leurs projets d’été avec l’Acadie Nouvelle.

«On s’est donné un défi, il y a environ trois ans. Celui d’accomplir un minimum d’une nouvelle activité par mois», a d’abord expliqué M. Guitard.

Que ce soit assister à un concert, tenter un parcours d’Arbre en Arbre, déguster de nouveaux vins ou visiter des attraits touristiques, ce dernier souligne que l’objectif est de créer le plus de souvenirs possibles avant que M. Vienneau ne perd la vue.

Au-delà de l’envie de profiter du déconfinement, c’est surtout ce diagnostic qui les pousse vers l’aventure.

«Cet été nous avions déjà planifié plein de projets tels qu’un marathon, des concerts, festivals et des voyages», a poursuivi M. Guitard.

Le couple a évidemment dû trouver un plan B en raison de la COVID-19.

«Il y a fallu faire plus de recherches, mais on a quand même réussi à trouver de belles activités. Nous avons pu visiter de nouveaux coins de notre province.»

La semaine dernière, les amoureux ont notamment pris la route vers St. Andrews pour la première fois.

Quelques jours avant, ils avaient aussi participé à la course virtuelle pour la journée de la fierté LGBTQ+.

«À St. Andrews, on a visité le jardin Kingsbrae, a repris M. Vienneau. J’ai vraiment aimé la partie sensorielle du jardin qui a été conçue pour les personnes ayant une déficience visuelle.»

Dès leur retour à la maison, ils ont pris part à leur première séance de photos professionnelles de l’année et ont enchaîné en tentant le défi PassEport Bathurst, un concours qui vise à promouvoir les attraits de la région.

«Pour nous, chaque journée compte. On ne sait jamais quand Roger pourrait perdre la vue», a conclu M. Guitard.

«On comprend qu’il y a une pandémie, mais nous, nous avons aussi une autre urgence à gérer. On ne peut pas s’arrêter.»

D’ici à la fin de l’été, les aventuriers prévoient visiter l’Île Miscou, l’Île aux foins ainsi que l’Île Middle, à Miramichi.

Le Fat Bike et les pique-niques en nature sont aussi à l’agenda.

Manifestement, même une pandémie ne peut pas les arrêter!

Lire aussi: Tirer le meilleur de l’été 2020 malgré la pandémie