Une arrestation fait réagir à Bathurst (vidéo)

La police de Bathurst a procédé, lundi, à l’arrestation d’une femme qui aurait troublé la paix devant les bureaux de Service NB. La scène, qui a été captée sur vidéo, fait depuis réagir dans la région.

Le soleil plombait à Bathurst alors qu’une longue file d’attente s’étendait le long de la rue Main.

Il s’agissait du premier jour de réouverture chez Service NB et l’agence accusait donc des retards importants.

Selon les informations divulguées en ligne, une cliente, supposément frustrée d’avoir patienté près de cinq heures à l’extérieur, aurait commencé à perturber la foule.

À la suite d’une plainte, trois policiers seraient intervenus et auraient tenté à plusieurs reprises, sans succès, de négocier avec elle.

L’arrestation qui s’en est suivi a soulevé une tempête de critiques sur les réseaux sociaux.

Stéphane Roy, le chef adjoint de la force policière de Bathurst, demande toutefois au public de ne pas sauter aux conclusions.

«C’est la nature humaine de juger un livre par sa couverture, nous l’avons tous fait à un moment donné. Mais nous savons tous que la couverture ne raconte pas l’histoire, elle attire simplement l’attention sur elle. C’est bon d’être curieux. La curiosité mène à des questions, qui mènent à des opinions éclairées. Nous vous encourageons d’être curieux, plutôt que de porter jugement.»

Par voie de communiqué, il a voulu préciser que les membres de son service ont fait l’objet de plusieurs insultes et même de menaces après la publication de la vidéo.

Selon lui, celle-ci ne reflète pas bien l’intervention.

Non seulement ne démontre-t-elle pas le comportement de la femme avant l’arrivée des policiers, elle ne montre pas non plus les négociations qui auraient précédées.

«Nous vivons dans un monde où les médias sociaux prennent le pas sur les médias traditionnels», indique-t-il aussi dans le communiqué.

«Malheureusement, les médias sociaux ne sont pas soumis aux mêmes normes d’exactitude et de crédibilité que les médias traditionnels, ce qui laisse place à des conversations non informées.»

La femme en question a depuis été libérée et comparaîtra plus tard en cour provinciale pour répondre à l’accusation d’avoir troublé la paix.

En attendant, M. Roy invite ceux qui remettent en question les approches de la force policière de Bathurst ou qui ont des préoccupations à communiquer avec lui personnellement.

No right to free speech now you get arrested . Waiting in line here at snb for 5 hours and it looks like il be a few more !

Posted by Marc Couture on Monday, July 13, 2020