Neuf diplômés de l’U de M sur dix travaillent au N.-B.

Une étude démontre que la forte majorité des diplômées et diplômés de l’Université de Moncton demeurent au Nouveau-Brunswick et occupent un emploi relié à leur domaine d’études.

Selon cette étude, la plupart des diplômées et diplômés travaillent au Nouveau-Brunswick (87%) tous cycles confondus.

Au premier cycle, 94% de celles et ceux qui détenaient une adresse permanente au Nouveau-Brunswick au moment de s’inscrire à leur programme occupent un emploi au Nouveau-Brunswick.

Aux cycles supérieurs, ce taux s’élève à 98,3%. L’étude du Centre de recherche et de développement en éducation (CRDE) rapporte que les diplômées et diplômés du Nouveau-Brunswick ont tendance à retourner travailler dans leur comté d’origine (1er cycle : 74,5%; cycles supérieurs: 62,1%).

Presque tous les répondantes et répondants qui ont participé à l’étude occupaient un emploi, soit 96,7% au premier cycle et 92,9% aux cycles supérieurs. De plus, la plupart ont affirmé avoir un emploi directement ou partiellement relié à leur programme d’études.

Au premier cycle, la plupart (88,8%) ont mis moins de trois mois à se trouver un emploi directement ou partiellement lié à leur programme d’études. Aucun répondant n’a mis plus de 12 mois à décrocher un premier emploi lié à son programme.

L’étude du CRDE avait pour objectif de décrire le parcours universitaire et professionnel des diplômées et diplômées de l’Université de Moncton.

Elle a été effectuée en 2019 auprès de diplômées et diplômés qui ont obtenu leur baccalauréat, maîtrise ou doctorat dans l’un des trois campus de l’Université de Moncton en 2018.

Une exception s’ajoute: les diplômées et diplômés en droit participant à cette étude faisaient partie de la liste des finissantes et finissants de 2017.

Quatre cent quatre-vingt-huit personnes ont participé à l’étude, ce qui représente un taux de participation global de 50,6% des diplômées et diplômés de 2018.