Campagne contre les nominations partisanes chez Vitalité

Le masque sert actuellement à protéger de la transmission de la COVID-19. Pris au sens plus large, il peut aussi réduire au silence. Museler. Depuis vendredi, il sert à dénoncer «l’absence de représentant de la Péninsule acadienne» dans les nouvelles nominations au conseil d’administration du Réseau de santé Vitalité.

Maires, nombreux porte-parole de la santé et la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick font désormais front commun dans une nouvelle campagne «Portons des masques qui parlent».

Cette initiative est une réponse aux choix du réseau et du gouvernement Higgs de désigner, sans passer par des élections, quatre remplaçants au sein de l’équipe décisionnelle de Vitalité sans aucun de la «sous-région» de la Péninsule acadienne.

Dans le cadre d’une conférence de presse présentée devant l’hôtel de ville de Caraquet, le discours des intervenants a été dur à l’endroit du gouvernement, de la présidente de Vitalité, Michelyne Paulin, et de son PDG Gilles Lanteigne. Tous ont dénoncé de vive voix ce que l’on considère comme un nouvel affront à la Péninsule acadienne, aux régions rurales et à l’Acadie dans un secteur aussi névralgique que la santé.

Du groupe, l’ancienne membre et vice-présidente du conseil de Vitalité, Norma McGraw, a accusé le réseau de mettre en doute la capacité de la population à juger des compétences des candidats élus par suffrage universel.

«Le réseau brime ainsi un droit civique fondamental», a-t-elle évalué. Elle a rappelé qu’il lui a été impossible de bien jouer son rôle du temps qu’elle était à la table du conseil d’administration jusqu’au moment de sa démission, peu de temps après l’annonce de la réforme de la santé du ministre Hugh Flemming visant à fermer les urgences de six hôpitaux en communautés rurales, dont celle de Caraquet.

Tout en exigeant un «changement radical» dans la façon de procéder au sein de Vitalité, elle s’est dite «abasourdie» de constater que Mme Paulin et M. Lanteigne embaucheront le prochain PDG et influenceront ses premières semaines de travail.

«Nouveau coup dur»

Le président nouvellement élu de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, estime que le récent choix des nouveaux représentants au sein du CA et «une autre décision qui fait mal à la Péninsule acadienne et un nouveau coup dur porté aux francophones» dans le dossier de la santé.

«Ce qui se passe est une crise de la représentation régionale et carrément une claque dans la face de la gouvernance acadienne. Quand on remplace une personne de la région qui a été élue par les gens d’ici par une autre qui vient d’une autre région et nommée par le CA, on dit à la population qu’elle n’est pas capable de voir à sa propre destinée. C’est un droit qu’on lui enlève et on devrait se taire et passer à autre chose? Non, point à la ligne», a-t-il lancé à la foule présente, en soulignant l’illégalité du geste du Réseau de santé Vitalité, qui «s’éloigne de plus en plus du terrain».

Maire de Grande-Anse et représentant du Forum des maires de la Péninsule acadienne, Gilles Thériault a souligné que les élus municipaux ne sont pas heureux de cette décision.

«C’est une insulte aux citoyens de la Péninsule acadienne, a-t-il jugé. Ça continue de miner notre confiance envers ce gouvernement et ça n’augure rien de bon pour l’avenir. Cette décision illégale doit être dénoncée.»

Se battre pour les acquis

Le maire de la Municipalité régionale de Tracadie, Denis Losier, se souvient avoir marché avec une tuque et ses mitaines cet hiver afin d’appuyer la communauté de Caraquet face aux intentions du ministre Flemming. Il en a profité pour lancer un message clair devant la possibilité d’élections provinciales prochaines.

«Comme citoyens, nous devons nous assurer que nous plaçons des représentants qui vont se battre pour nous et nos acquis, des représentants prêts à aller à la guerre pour nous et nos communautés. C’est inacceptable de voir un gouvernement donner carte blanche au PDG de Vitalité, un PDG qui va contaminer son remplaçant en plus», a-t-il élaboré.

La députée libérale de Caraquet, Isabelle Thériault, en a rajouté en notant que le gouvernement Higgs fait preuve d’une «déconnexion totale» des régions et du nord de la province.

«Nous avons un premier ministre qui ne respecte pas la Loi sur les langues officielles depuis le début de la pandémie et un réseau qui agit dans l’illégalité en nommant des remplaçants à des postes pourtant élus. Ce gouvernement doit reconnaître son erreur, car la Péninsule acadienne a droit à une représentation juste et équitable», a-t-elle signalé.

La campagne «Portons des masques qui parlent» sollicite une contribution de 10$ pour l’obtention d’un masque aux couleurs du drapeau acadien.

Le maire de Grande-Anse et représentant du Forum des maires de la Péninsule acadienne, Gilles Thériaut, l’ancienne membre du CA de Vitalité Norma McGraw, Louise Blanchard du Comité action H et le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, portent fièrement le masque aux couleurs acadiennes. – Acadie Nouvelle: Réal Fradette