Elle évite la prison après avoir volé des milliers de dollars à une garderie

Une femme de Sackville passera quatre mois en détention à domicile. Elle a plaidé coupable d’avoir volé des milliers de dollars à une garderie éducative et à une pharmacie.

Marie Lysianne Steeves, âgée de 45 ans, a écopé d’une peine d’emprisonnement avec sursis. Elle passera les quatre premiers mois de sa sentence à la maison, puis sera soumise à un couvre-feu par la suite.

Elle devra aussi compléter 100 heures de travail communautaire.

Le procureur Maurice Blanchard avait demandé une peine d’emprisonnement de trois mois, mais la juge Lucie Mathurin a plutôt opté pour une détention à domicile compte tenu de plusieurs facteurs atténuants.

La juge a expliqué que Marie Lysianne Steeves regrette ses actions et qu’elle souffre d’anorexie et de dépression.

Elle indique aussi que Marie Lysianne Steeves a pleinement remboursé l’argent dérobé à la pharmacie, et qu’elle vient tout juste de terminer de rembourser son dû à la garderie.

Mme Steeves a plaidé coupable à une accusation de fraude pour une somme supérieure à 5000$ en janvier 2020, selon la CBC.

L’argent avait été dérobé à Playschool Inc., un établissement d’éducation pour la petite enfance et un organisme caritatif.

Selon ce même média, elle a plaidé coupable à la même accusation pour une somme de moins de 5000$ pour avoir volé de l’argent à la pharmacie A&M Lloyd’s, un fait commis à l’été 2019.

D’après la juge Mathurin, le crime a ébranlé la confiance des entrepreneurs touchés et de la communauté.

La directrice de Playschool Inc, Allison Butcher, estime que la juge a pris la bonne décision.

«[On] ne voulait pas qu’elle soit punie. On voulait seulement ravoir notre argent et s’assurer que ça n’arrivera pas à quelqu’un d’autre», a-t-ele dit en s’adressant aux médias devant le palais de justice, jeudi.

Elle explique que son établissement est en train de remonter la pente après avoir été dans une situation économique difficile à cause du crime.

Aaron Lloyd, pharmacien et propriétaire de la pharmacie A&M Lloyd’s Jean Coutu de Sackville, croyait que Marie Lysianne Steeves allait être condamnée à passer du temps en prison.

«Il va falloir vivre avec ça», a-t-il dit au sujet de la peine.

Mme Steeves était comptable à sa pharmacie, où elle a travaillé pendant 18 ans, selon lui.

Le vol d’argent a plongé le commerce de M. Lloyd dans la tourmente, non seulement à cause de la perte monétaire, mais aussi à cause de la perte d’une employée. La saga a aussi ébranlé sa confiance envers les autres, raconte le pharmacien.

«Quand c’est arrivé, c’était des mois et des mois d’inquiétudes, des nuits blanches. Le facteur de confiance n’était plus là», dit-il.

Brian Murphy, avocat de Mme Steeves, explique que sa cliente regrette ses actes.

«Il y a beaucoup de honte, de remords et de culpabilité et il y a eu une restitution complète (de l’argent)», a rappellé l’avocat.