Le comité sur l’inclusion sociale de Moncton sera… plus inclusif

Le comité sur la pauvreté et l’inclusion sociale de Moncton (CPIS) accueillera d’autres citoyens dans ses rangs afin d’avoir une meilleure représentation de certains groupes minoritaires et de travailler plus efficacement, selon un conseiller municipal.

Le comité chargé de s’attaquer à plusieurs enjeux sociaux dans la ville de Moncton aura davantage de membres. Il comportera bientôt jusqu’à 15 membres citoyens, selon le conseiller Charles Léger.

«On a eu des applications de gens pour le comité, et on va certainement s’assurer [d’avoir] une diversité», dit-il.

Lors d’une réunion au début juillet, un membre du comité, Charles MacDougall, avait décrié le manque de représentation de personnes noires, autochtones et trans dans les rangs du comité.

Le conseiller municipal Charles Léger estime par contre que le comité était «toujours ouvert» à accueillir de nouveaux membres et que cela ne se fera pas uniquement à cause du plaidoyer de M. MacDougall.

Charles Léger croit que l’ajout de nouveaux membres devrait également permettre d’accélérer le travail du comité puisque d’autres changements sont prévus au programme.

Au lieu de s’attaquer à quelques-uns des cinq secteurs prioritaires du comité à tour de rôle, les membres pourront bientôt se joindre à cinq groupes de travail afin de plancher sur tous les enjeux en même temps, explique-t-il.

Ces cinq grands enjeux, établis par la municipalité, sont l’agriculture urbaine et la sécurité alimentaire; le choix de logement et le caractère abordable (du logement); la santé mentale; l’éducation et la formation, ainsi que l’inclusion et la diversité.

En s’attaquant à l’enjeu du logement abordable, le comité se donne aussi la mission de réduire l’itinérance dans la municipalité, un problème grandissant qui s’avère difficile à régler dans le centre-ville.

Les membres de tous les groupes de travail participeraient alors collectivement à une réunion publique à tous les deux mois afin de formuler des recommandations au conseil municipal.

Parmi d’autres changements à venir, les procès-verbaux et les détails des réunions seront publiés sur un site web pour que le public puisse y avoir accès plus facilement.

Interviewé par l’Acadie Nouvelle mercredi, Charles MacDougall affirme que les changements amorcés par le comité allègent ses inquiétudes quant à la représentation de certains groupes minoritaires sur le CPIS.

«Mon inquiétude était que ce ne soit pas un forum très juste en ce moment en raison de sa structure et de la composition du comité, qui ne comprend pas nécessairement tous les groupes qui sont concernés.»

Il estime cependant que le comité devrait aussi discuter de l’idée de retirer du financement à la GRC pour financer davantage de programmes sociaux, une idée qui n’avait pas fait l’unanimité lors de la réunion du 3 juillet.