Des astronautes américains amerrissent pour la première fois depuis 45 ans

Le spectaculaire amerrissage à l’ancienne de deux astronautes de la NASA dans le golfe du Mexique a conclu dimanche en beauté le vol d’essai de la capsule SpaceX.

Il s’agit du premier amerrissage réussi par des astronautes américains depuis 45 ans. Ce retour ouvre la voie à un autre lancement de la capsule avec un équipage dès le mois prochain. Si tout se déroule bien, SpaceX pourrait même lancer des vols touristiques dès l’an prochain.

Les pilotes d’essai Doug Hurley et Bob Behnken ont ramené la capsule SpaceX Dragon sur Terre moins d’une journée après avoir quitté la Station spatiale internationale après un séjour de deux mois.

Freinée par des parachutes, la capsule s’est posée sur les eaux calmes du golfe du Mexique, au large de Pensacola, à des centaines de kilomètres de la tempête tropicale Isaias qui frappe la côte atlantique de la Floride.

« Bienvenue sur la planète Terre et merci d’avoir piloté SpaceX », s’est exclamé le centre de contrôle de la société.

Le retour a semblé brutal, du moins vu de l’extérieur.

Le vaisseau spatial nommé Endeavour est passé d’une vitesse orbitale de 28 000 km/h à 560 km/h lors de la rentrée atmosphérique, et enfin à 24 km/h lorsqu’il a touché l’eau. La température a atteint les 1900 degrés Celsius pendant la descente. La force G ressentie par l’équipage était de quatre à cinq fois supérieure à celle de la gravité terrestre.

Guidé par deux petits bateaux rapides, un vaisseau de récupération SpaceX comptant 40 membres du personnel, dont des médecins et des infirmières, devait recueillir les deux voyageurs de l’espace. À cause de la pandémie, l’équipe avait été mise en quarantaine pendant une période de 14 jours et a subi des tests contre la COVID-19 afin d’assurer la sûreté des astronautes.

Le navire devrait prendre 30 minutes pour arriver à la capsule. Une période supplémentaire a été nécessaire pour la sortir de l’eau et l’embarquer sur le pont. Les astronautes ont été examinés par un médecin de vol dès que l’écoutille s’est ouverte. Après les examens médicaux, les astronautes devront rentrer chez eux à Houston pour revoir leurs femmes et leurs fils.

La NASA s’est tournée vers SpaceX et aussi Boeing pour construire des capsules et transporter des astronautes vers la station spatiale, à la suite du retrait des navettes. Auparavant, elle comptait sur les fusées russes pour s’y rendre.

« C’est la prochaine ère des vols spatiaux habités où c’est la NASA qui sera le client », a déclaré l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine.

SpaceX a besoin de six semaines pour inspecter la capsule avant de lancer le prochain équipage vers la fin du mois de septembre. Cette prochaine mission de quatre astronautes passera six mois à bord de la station spatiale. Elle sera ensuite rénovée pour un autre vol au printemps prochain.

Une société de Houston dirigée par un ancien responsable de la NASA s’est associée à SpaceX pour envoyer trois clients à la station spatiale à l’automne 2021.

Boeing ne compte lancer son premier équipage que l’année prochaine. La société a rencontré des problèmes logiciels importants lors du lancement de sa capsule Starliner, sans personne à bord, l’année dernière. Ses capsules atterriront dans le désert du sud-ouest des États-Unis.