Centre des générations à Caraquet: une bonne nouvelle tourne à la bisbille

La province du Nouveau-Brunswick s’est enfin engagée à participer au financement du futur Centre régional des générations, à Caraquet, en octroyant 4 millions $ au projet, a annoncé vendredi matin Kevin Haché, maire de Caraquet.

Il y a quelques jours, le conseil municipal de Caraquet a appuyé à l’unanimité une proposition pour accepter une offre de la Société de développement régional du Nouveau-Brunswick. Le montant contenu dans la lettre n’a pas été dévoilé à ce moment, mais vendredi matin, on a appris que la province s’engage à investir 3 999 600$ dans le projet.

Une porte-parole de la SDR a confirmé ce montant vendredi après-midi à l’Acadie Nouvelle.

Ce montant s’ajoutera au 2 millions $ déjà récolté dans la communauté et à une éventuelle participation du gouvernement fédéral qui pourrait s’élever à plus de 7 millions $. Le reste du financement serait assuré par la Ville de Caraquet avec la participation des municipalités avoisinantes.

Le député d’Acadie-Bathurst, Serge Cormier, appuie aussi ce projet depuis longtemps et il pourrait bénéficier d’une importante subvention fédérale – à condition de réponre aux critères des programmes fédéraux.

«Pour moi, c’est un moment important. Je ne fais pas ça pour du gain personnel. On fait ça pour les gens. La municipalité de Caraquet avait le rêve de remplacer l’ancien Colisée Léopold-Foulem. Le centre a été utilisé par plusieurs gens d’ici au fil des ans, mais maintenant, il est en fin de vie», dit Kevin Haché.

Kevin Haché a confiance que le fédéral participera au financement de ce projet, dont la valeur totale est évaluée à environ 15 millions $.

«La demande a été faite par la province et Serge Cormier nous a toujours dit qu’aussitôt que la province dépose le projet qu’on allait l’approuver. Il y a des étapes à suivre. La province doit déposer le projet au fédéral, mais on m’a dit que ç’a été fait ce matin.»

Un projet compromis?

Cependant, la Ville de Caraquet aurait mis la charrue devant les bœufs en faisant cette annonce, croit Serge Cormier, député d’Acadie Bathurst. Selon M. Cormier, la province n’a pas encore soumis le projet pour approbation à Ottawa, donc aucun financement n’a été confirmé pour le moment.

«Faire une annonce de financement avant même que le projet soit soumis est inapproprié et va à l’encontre de l’entente que nous avons entre la province et le gouvernement fédéral.»

Le député Cormier accuse même Kevin Haché, un ancien candidat du Parti progressiste-conservateur, d’avoir fait cette annonce pour son propre gain politique, alors que les rumeurs d’élections provinciales sont de plus en plus persistantes.

«Le projet du Centre régional a été soumis, mais seulement en partie. J’ai écouté la conférence de presse du maire et il a annoncé les montants que vont donner les gouvernements provincial et fédéral. C’est totalement inacceptable pour un maire de faire des annonces au nom du fédéral et du provincial. Ça ne se fait pas et je crois qu’il vient de sérieusement compromettre le projet.»

M. Cormier dit même avoir contacté le maire Haché plus tôt cette semaine pour lui dire qu’il n’avait pas l’intention de participer à l’annonce tant que la province n’ait pas soumis le projet pour approbation.

«Honnêtement, je me demande qui a fait l’annonce ce matin. Est-ce que c’était Kevin Haché l’avocat? Kevin Haché le maire? Kevin Haché qui se veut se faire nommer juge ou est-ce que c’est Kevin Haché, le prochain candidat conservateur dans la circonscription de Caraquet?»

Le maire se défend

Kevin Haché soutient qu’il a fait l’annonce à titre de maire de la municipalité de Caraquet. Son objectif était de dévoiler publiquement le contenu d’un document reçu et endossé par l’ensemble du conseil municipal lors d’une réunion cette semaine.

«Ce n’était pas vraiment une annonce ce matin. On voulait simplement dire que la province va investir dans le projet et que le processus se poursuit avec le fédéral. (…) Ce n’est pas une annonce. C’est le maire qui veut partager une bonne nouvelle avec ses concitoyens. Je n’ai pas honte de dire que je suis fier que la province veut investir 4 millions $ dans le Centre régional des générations.»

D’ailleurs, si une lettre formelle a été envoyée par la Société de développement régional à la Ville de Caraquet c’est que la demande de financement a été approuvée par le Cabinet du premier ministre, précise-t-on.

«La municipalité a fait une demande à la province. Si nous ne sommes pas acceptés par la province, nous ne pouvons être approuvés par le fédéral. Les deux doivent travailler main dans la main, donc la première étape a été faite. Il reste maintenant l’approbation du fédéral», dit M. Haché.

Des travaux de coupe de bois ont déjà commencé sur le site du futur Centre régional des générations, qui sera situé à l’arrière de la piste d’athlétisme et la Polyvalente Louis-Mailloux, sur le site actuel du centre plein air.

Frédéric Léger, président du Club plein air de Caraquet (CPAC), se réjouit des nouvelles possibilités de développement qui seront possibles au cours des prochaines années grâce à ce projet.

«Le Centre régional des générations va nous propulser à un autre niveau grâce à ce nouveau bâtiment. Le CPAC envisage d’accueillir des rencontres de calibre provincial, du Canada atlantique et même national.»

Le Centre régional des générations de Caraquet est en développement depuis plusieurs années. L’édifice doit comprendre une nouvelle patinoire, une piste de marche, un centre plein air, une cuisine communautaire et diverses salles multifonctionnelles.