Nouveaux logements abordables pour les anciens combattants de Shediac

Un nouvel immeuble comprenant huit appartements abordables pour les anciens combattants de Shediac devrait accueillir ses premiers locataires le 1er octobre. Ce projet, unique dans la région, est la fierté de Léo Doiron, président de la Légion royale canadienne, filiale no. 33, de Shediac.

Claire Lanteigne
Initiative de journalisme local – APF – Atlantique

«Il existait un vrai besoin de logements abordables pour les anciens combattants dans la communauté, affirme M. Doiron. La mission de la Légion est de leur offrir la fierté, le respect et l’honneur. L’édifice est situé derrière la Légion sur un terrain acheté par l’organisme et c’est un projet dont la communauté peut être fière.»

Pour M. Doiron, un ancien combattant sans abri, ou un ancien combattant dans le besoin en est un de trop.

L’immeuble comprend huit appartements, dont deux entièrement accessibles et deux logements subventionnés par le gouvernement provincial; six appartements de deux chambres et deux d’une chambre.

Les anciens combattants admissibles à obtenir un appartement doivent servir ou avoir servi honorablement, soit: 1) dans les Forces armées canadiennes, le Commonwealth ou ses alliés en temps de guerre; 2) en tant que membre régulier de la Gendarmerie royale du Canada ou en tant qu’agent de la paix dans un secteur spécial ou pour une autre opération de service spécial; 3) dans la marine marchande ou dans le commandement du traversier en temps de guerre.

«Un comité de sélection des locataires a été mis sur pied et a déterminé les critères d’admission, explique M. Doiron. C’est un comité séparé du bureau de direction de la Légion pour garder ses distances avec notre organisme.»

Pierre Sainte-Marie en assure la présidence et les autres membres sont Greg Beers, Fay Gallant Rosenberg, Charles Richard, Gilles Brine et Jocelyne Ross.

Le comité accepte maintenant les demandes de vétérans intéressés à habiter un de ces logements. Les formulaires sont disponibles à la Légion ou sur son site web.

La communauté peut aussi contribuer au projet en commanditant une plaque commémorative de 150 $ sur le mur d’honneur qui sera situé dans le nouvel édifice. Cette plaque peut rendre hommage à un ancien combattant, au nom du donateur, d’un groupe ou d’une école. On peut aussi avoir une plaque d’appartement de bronze avec son nom à côté de la porte d’entrée. Le prix est de 5 000 $ pour les unités au rez-de-chaussée et 1 250 $ pour celles à l’étage.

«La construction de l’édifice a débuté la semaine avant le début de la pandémie de COVID-19, ajoute M. Doiron. Nous avons embauché un gérant de projet pour négocier les différents contrats nécessaires à la construction de l’édifice. Nous avions assez d’argent en banque pour débuter et n’avons pas eu besoin d’aller à la Société canadienne d’hypothèque et de logement.»

La Légion a investi une somme importante dans le projet et prévoit être rentable d’ici cinq ans, c’est-à-dire quand il deviendra indépendant de la Légion.

«Les gens ont ri de moi quand j’ai parlé de ce projet de logement et me disaient qu’on n’aurait jamais une telle résidence à Shédiac», dit-il.