Plusieurs circonscriptions seront à surveiller d’ici au 14 septembre. En attendant que le portrait se précise et que tous les candidats soient connus, voici six des courses qui risquent d’être particulièrement intéressantes.

Shippagan-Lamèque-Miscou

Cette circonscription de la Péninsule acadienne est représentée depuis 2018 par Robert Gauvin, qui a été pendant quelque temps le seul député progressiste-conservateur au nord de Miramichi.

Ce nouveau venu en politique – qui a claqué la porte au nez de Blaine Higgs en février à la suite de la décision de ce dernier de fermer six urgences rurales la nuit – a annoncé mardi qu’il portera les couleurs du Parti libéral dans Baie-de-Shediac-Dieppe lors du scrutin du 14 septembre.

La lutte s’annonce donc intéressante dans Shippagan-Lamèque-Miscou, une circonscription qui a voté bleu plus souvent que rouge au cours des quarante dernières années.

Les progressistes-conservateurs – qui ont eu le dessus en 2018 par seulement 99 voix malgré le fait qu’ils avaient un candidat vedette en la personne de Robert Gauvin – éviteront-ils de se faire soutirer ce siège par les libéraux?

Moncton-Sud

La députée sortante de Moncton-Sud, la libérale Cathy Rogers, a annoncé lundi qu’elle tirait sa révérence de la politique provinciale. Élue pour la première fois en 2014, elle avait été réélue en 2018 avec une marge confortable de 1009 votes face à sa rivale progressiste-conservatrice.

Le départ de cette politicienne bien connue ne manquera sûrement pas d’attirer l’attention des progressistes-conservateurs. C’est que Moncton-Sud est loin d’être un château fort libéral et a envoyé plus d’un député bleu à Fredericton au cours des dernières décennies.

Un candidat bien implanté – comme le conseiller municipal et homme d’affaires Greg Turner, qui brigue l’investiture PC – et un peu d’élan en faveur de Blaine Higgs pourraient permettre au premier ministre de faire un précieux gain aux dépens des libéraux dans la région de Moncton.

Carleton-Victoria 

Cette circonscription a envoyé le libéral Andrew Harvey à l’Assemblée législative deux fois, en 2014 et en 2018, par de très faibles marges (82 votes et 244 votes)

Il reste à voir si ce député sortant réussira à l’emporter une troisième fois de suite. Ce serait un véritable tour de force dans cette circonscription du centre de la province dotée d’un puissant fond progressiste-conservateur.

La performance de la People’s Alliance pourrait être le facteur décisif dans Carleton-Victoria. Le candidat allianciste était allé chercher 960 votes en 2018, ce qui avait peut-être coûté un siège à Blaine Higgs.

Si la People’s Alliance voit ses appuis s’effondrer et qu’une bonne partie de ses anciens partisans se rangent derrière le candidat progressiste-conservateur de Blaine Higgs, Andrew Harvey risque d’avoir des sueurs froides lors de la soirée électorale.

Memramcook-Tantramar

La candidate verte Megan Mitton a été élue de justesse en 2018. Et pas à peu près; elle n’a devancé le député sortant libéral Bernard LeBlanc que par 11 votes.

Il faudra voir si le ralentissement des activités à l’Université Mount Allison de Sackville plombera les chances de la députée sortante. À l’instar de David Coon dans la capitale, Megan Mitton compte beaucoup sur l’appui des étudiants. Seront-ils au rendez-vous cette année?

Saint-Jean-Havre

Le député sortant libéral Gerry Lowe, qui l’avait emporté par seulement dix voix en 2018, a annoncé mardi qu’il ne sera pas candidat aux élections du 14 septembre.

Entendez-vous ce bruit? C’est celui des progressistes-conservateurs qui se frottent les mains en regardant Saint-Jean-Havre. S’il y a une circonscription urbaine qu’ils peuvent espérer ravir aux libéraux cette fois-ci, c’est bien celle-là.

Miramichi

Miramichi a été l’une des trois circonscriptions remportées par la People’s Alliance en 2018. La nouvelle venue, Michelle Conroy, a alors gagné de façon convaincante face au vétéran libéral Bill Fraser.

La députée sortante fera face à un adversaire de taille le 14 septembre; Kevin Vickers. Le chef libéral a décidé il y a longtemps qu’il tenterait de se faire élire dans sa communauté natale lors des élections provinciales.

Une victoire de Michelle Conroy ne semble pas très probable à priori, mais on ne sait jamais. Si elle causait la surprise, cela signerait sans doute l’arrêt de mort de la courte carrière politique de Kevin Vickers.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle