La pandémie complique la vie de certains Néo-Brunswickois en attente d’un médecin de famille. Avec la suspension du service téléphonique d’Accès Patient NB, les patients doivent s’inscrire en ligne, ce qui n’est pas à la portée de tous.

En temps normal, il est possible de s’inscrire à Accès Patient NB – le registre des patients en attente d’un médecin ou d’une infirmière praticienne – de deux manières; en remplissant un formulaire en ligne ou en composant le 811.

Le service téléphonique a cependant été suspendu le 11 mars dernier pour permettre au personnel de Télé-Soins 811 de répondre à l’avalanche d’appels liés à la COVID-19.

Cinq mois plus tard, les patients orphelins doivent encore aller sur le web pour se joindre aux dizaines de milliers d’autres Néo-Brunswickois qui
sont déjà sur la liste d’attente.

Pour pouvoir soumettre le formulaire, ils doivent avoir un numéro de téléphone et un courriel, ce qui n’est pas évident pour certaines personnes analphabètes ou qui n’ont jamais touché un ordinateur de leur vie.

Le Dr Adrian Edgar, un médecin de famille de Fredericton, l’a constaté au cours des dernières semaines.

Il prépare depuis quelque temps la fermeture de son cabinet, la Clinique 554, parce que le gouvernement provincial refuse de couvrir les avortements qui y sont effectués.

Il a déjà annoncé à des centaines de patients de sa pratique de médecine familiale qu’ils doivent inscrire leur nom sur la liste d’attente provinciale et prendre leur mal en patience.

«J’ai des femmes de 88 ans qui pleurent dans mon bureau parce qu’elles ne savent pas comment s’inscrire à Accès Patient NB. Elles n’ont pas de courriel et ne savent absolument pas comment en obtenir un. Elles ne vont pas acheter un ordinateur juste pour pouvoir vérifier. Ce sont des circonstances terrifiantes», explique-t-il en entrevue téléphonique avec l’Acadie Nouvelle.

Le gouvernement conscient du problème

L’Acadie Nouvelle a contacté le ministère de la Santé pour avoir plus d’informations à ce sujet et pour savoir ce que doivent faire les patients qui ne peuvent pas s’inscrire en ligne.

Son porte-parole, Bruce Macfarlane, nous a répondu par courriel que le «volume d’appels au 811 demeure très élevé, mais le ministère s’affaire à évaluer à quel moment il pourra rétablir le service.»

Il dit que le gouvernement est conscient du fait que la suspension des inscriptions par téléphone peut causer des problèmes à certains résidents du Nouveau-Brunswick. Mais il se fait rassurant quant au nombre de personnes affectées.

«Dans la plupart des cas, nous avons été en mesure d’atténuer ces problèmes en rappelant les personnes pour leur permettre de s’enregistrer.»

«Ça laisse beaucoup de gens pour compte»

Claude Snow, un militant pour la justice sociale qui travaille depuis longtemps avec des Néo-Brunswickois marginalisés, n’a pas été confronté à ce problème directement.

Mais cela ne l’empêche pas de trouver dommage que le gouvernement demande aux personnes qui souhaitent s’inscrire à Accès Patient NB de le faire en ligne plutôt qu’au téléphone.

Il déplore depuis longtemps la tendance qu’a Fredericton d’automatiser et d’informatiser ses contacts avec la population. Cette approche n’est pas mauvaise en soi, mais elle mène la plupart du temps à la marginalisation de plusieurs groupes.

«Ça laisse beaucoup de gens pour compte. Il y en a qui n’ont pas les moyens financiers d’avoir une connexion internet et n’auraient pas la capacité de s’en servir même s’ils l’avaient à portée de main.»

Les personnes analphabètes, par exemple, peuvent être prises de court si le gouvernement leur demande de s’inscrire en ligne. Idem pour les personnes qui ne savent pas se servir d’un ordinateur ou d’un téléphone intelligent.

Claude Snow affirme qu’un autre groupe peut faire les frais de l’informatisation et de l’automatisation des rapports entre le gouvernement et la population; les personnes souffrant d’anxiété.

«Les gens anxieux, ils ont une terrible misère à fonctionner avec des systèmes comme ça. Ça leur prend un contact face à face, un contact personnel», explique-t-il.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle