Blaine Higgs n’est pas prêt à s’engager à demeurer premier ministre s’il ne remporte pas une majorité de sièges le 14 septembre. Il affirme qu’il «aura une décision à prendre» si les électeurs le renvoient à la case départ et le forcent à essayer de former un autre gouvernement minoritaire.

Blaine Higgs a répété à plusieurs reprises ces dernières semaines qu’il veut assurer la stabilité de son gouvernement. Il souhaite avoir les coudées franches en prévision d’une éventuelle deuxième vague de COVID-19 et pour piloter la reprise économique.

Il a tout d’abord tenté de s’entendre avec les partis d’opposition pour s’assurer de ne pas tomber avant les élections prévues en octobre 2022 ou la fin de la pandémie. Lorsque ces pourparlers ont échoué, il est passé au plan b et a déclenché des élections hâtives.

Son objectif est clair: mettre la main sur un mandat majoritaire. Mais que fera-t-il s’il ne remporte pas son pari et que l’on se retrouve avec un autre gouvernement minoritaire à Fredericton? Va-t-il rester en poste comme premier ministre?

L’Acadie Nouvelle lui a posé la question, mercredi avant-midi, lors d’une annonce électorale au centre-ville de Moncton. Blaine Higgs n’a pas voulu prendre d’engagement ferme et clair à ce sujet.

«Ce n’est pas une décision que je vais prendre aujourd’hui. Je ne vais pas essayer de deviner ce que l’avenir nous réserve. Je suis en train de présenter une vision et un avenir qui va amener de la stabilité à la province avec mes collègues et mon équipe», a-t-il dit.

Le premier ministre a ensuite expliqué qu’il ne propose pas un plan qui se limite à un mandat et que sa vision est sur dix ou quinze ans. Il a expliqué qu’une réflexion s’imposera s’il ne décroche pas une majorité de sièges à l’Assemblée législative.

«Je me présente pour aujourd’hui. Je me présente pour l’avenir. Et si les citoyens de la province optent pour la même situation que celle dans laquelle nous nous trouvons maintenant (soit un gouvernement minoritaire), j’aurai une décision à prendre.»

Lors de la dissolution de la Chambre, le Parti progressiste-conservateur comptait 20 députés, soit autant que les libéraux. Pour décrocher une majorité, les candidats de Blaine Higgs devront l’emporter dans au moins 26 des 49 circonscriptions.

logo-an

private

Vous utilisez un navigateur configuré en mode privé ou en mode incognito.

Pour continuer à lire des articles dans ce mode, connectez-vous à votre compte Acadie Nouvelle.

Vous n’êtes pas membre de l’Acadie Nouvelle?
Devenez membre maintenant

Retour à la page d’accueil de l’Acadie Nouvelle