Blaine Higgs vante la faiblesse des coûts associés à sa plateforme électorale

Le Parti progressiste-conservateur affirme avoir fait pour seulement 11 millions $ de nouvelles promesses durant la campagne électorale.

Le premier ministre sortant, Blaine Higgs, a présenté sa plateforme électorale, jeudi, à quatre jours du scrutin provincial.

Selon les progressistes-conservateurs, seulement cinq de leurs promesses occasionneront de nouvelles dépenses au cours des quatre prochaines années.

Les deux plus importantes promesses sur le plan financier sont l’amélioration des services en santé mentale et l’augmentation du salaire des éducatrices en garderie au coût de 3,5 millions $ par année chacune.

L’ajout de ressources policières pour lutter contre le crystal meth devrait coûter 2 millions $ par année.

Le Parti progressiste-conservateur chiffre à 1,4 million $ par année le coût de l’embauche de nouvelles infirmières au sein du Programme extra-mural afin de coordonner le transfert des personnes âgées de l’hôpital vers leur domicile ou un foyer de soins.

Finalement, la promesse d’offrir des déjeuners et des dîners gratuits aux élèves dans le besoin dans toutes les écoles qui ne possèdent pas déjà de programmes du genre devrait coûter 1 million $ par année.

Il s’agit, selon M. Higgs, des seules promesses de sa plateforme qui entraîneront de nouvelles dépenses qui n’ont pas déjà été prévues dans le budget provincial 2020-2021 déposé avant le début de la pandémie.

Le premier ministre ne présente donc pas de plan financier pour des éléments de sa plateforme comme l’amélioration de l’internet haute vitesse en région rurale, l’accroissement des activités agricoles en serre et le développement de petits réacteurs nucléaires modulaires.

En ce qui concerne les réacteurs modulaires, Blaine Higgs a cependant admis que le Nouveau-Brunswick s’apprête à injecter de nouvelles sommes dans cette industrie (en collaboration avec le fédéral) qui ne sont pas mentionnées dans son plan financier.

Ces investissements seront «importants», a-t-il dit, mais Fredericton et Ottawa se sont entendus pour ne pas en dévoiler davantage pour le moment.

«J’en ai probablement déjà trop dit durant les élections», a indiqué M. Higgs.

Le Parti libéral et le Parti vert ont tous deux déjà dévoilé leurs plateformes électorales, mais sans plan financier. L’Alliance des gens n’a toujours pas présenté sa plateforme électorale.

Blaine Higgs a assuré que sa plateforme électorale était de loin la plus responsable sur le plan financier.

«Il n’y a aucune connexion entre ce qu’ils promettent et la façon dont ils vont payer pour ça dans la réalité. Ils sont complètement déconnectés et c’est particulièrement vrai pour le Parti libéral et leurs promesses», a déclaré le chef du Parti progressiste-conservateur.

Il s’en est particulièrement pris à la promesse du leader libéral, Kevin Vickers, qui s’est engagé à présenter un budget équilibré durant la 3e année de son mandat.

«Il ne sait pas combien il va dépenser et il ne va pas augmenter les impôts, mais il va équilibrer le budget en deux ans? Ça ne peut pas se faire», a dit M. Higgs.

La plateforme électorale des progressistes-conservateurs passe notamment sous silence les questions de réforme municipale, de langues officielles et d’équité salariale.

Il n’est pas question non plus du développement économique du nord de la province, du coût des études postsecondaires, des arts et de la culture et de la réconciliation avec les Autochtones.