Un nouveau foyer de soins réclamé à Lamèque

Après plus d’une décennie d’attentes vaines et frustrantes, la direction des Résidences Lucien Saindon, un foyer de soins de Lamèque, en a assez. Elle demande que le prochain gouvernement qui sera élu lundi entame le plus rapidement possible le processus de construction d’un nouvel établissement pour la communauté des îles Lamèque et Miscou.

Devant l’enseigne à l’entrée du foyer, Paul-Aurèle Chiasson n’avait pas le goût de sourire pour la prise de photo. Le bâtiment datant de 1977 ne répond plus aux normes. Et il est le seul de tout le nord de la province qui n’a pas fait partie du vaste programme de rénovations des foyers de soins amorcé en 2011.

«J’espère que la prochaine photo, on la prendra lors de la première pelletée de terre», souhaite le président du conseil d’administration de la résidence.

Cette sortie publique survient à quelques jours seulement du scrutin. Ça s’explique par ce sentiment que le dossier a été ignoré par les candidats de la région et les partis politiques, mentionne le porte-parole.

Une récente évaluation a démontré que le manque d’espace de l’établissement freinait le développement d’importants projets communautaires comme le «foyer sans murs» ainsi qu’une «aile communautaire». Ces projets permettraient aux personnes âgées et aux personnes à besoins spéciaux de la région de demeurer dans leur domicile tout en profitant de certains services offerts par le foyer de soins.

«Notre cause a été ignorée. Ça fait plus de 10 ans que notre dossier est actif. On nous a promis différentes choses, mais il n’y a jamais eu de suivi. On nous a négligés. Nous avons le seul foyer dans le nord de la province qui n’a pas été reconstruit à neuf. Il est temps qu’on pense à nous», exige M. Chiasson.

D’une capacité de 54 lits, les Résidences Lucien Saindon montrent un taux moyen d’occupation de 98% depuis 10 ans, dont 99,5% dans les quatre dernières années. Il dessert une ville, un village et 10 DSL, soit une population de près de 8000 personnes.

Les communautés des Îles ont récemment signé une lettre d’appui encourageant les gestionnaires de l’établissement à profiter de la campagne électorale pour s’assurer que la construction d’un nouveau foyer ne tombe pas dans l’oubli et que les différents partis s’engagent concrètement, dès aujourd’hui, à y faire suite une fois l’élection terminée.

Des plans sont déjà en place pour un nouvel établissement à Lamèque, au coût estimé de 15 à 18 millions $. Sinon, des rénovations d’une valeur de 4 millions $ permettraient d’ajouter une aile communautaire au bâtiment déjà existant.

En cas d’une possible apparition de la COVID-19 dans l’édifice, M. Chiasson n’ose même pas songer aux dommages que causerait le coronavirus chez les bénéficiaires et les employés.

«Nous avons 40 résidants qui habitent dans des chambres doubles dans ce foyer. Nos bénéficiaires sont collés l’un sur l’autre. Si le virus entre là-dedans… Ce n’est pas sain comme situation et c’est une des raisons pourquoi nous poussons pour faire aboutir ce projet. Nous ne sommes pas des citoyens de deuxième ou de troisième ordre ici. Nous méritons un foyer neuf», insiste-t-il.

Le président du conseil d’administration soutient que ce dossier devrait être social et communautaire avant qu’il soit politique.

«On ne devrait pas avoir à se battre pour obtenir un foyer neuf. La vision des gouvernements n’est pas à point avec leur vision de centraliser les soins. Nous sommes dans les îles Lamèque et Miscou et nos contraintes sont différentes. Nous avons 8000 personnes qui s’unissent pour demander un nouveau foyer. C’est pesant. Notre erreur aura été de se fier aux réponses de nos politiciens qui nous promettaient un foyer. Mais là, ça va faire, il faut passer à l’action. Nous voulons une réponse et nous continuerons la bataille après les élections», a promis Paul-Aurèle Chiasson.