Kent-Nord: Kevin Arseneau réélu sans difficulté

Les électeurs ont choisi de réélire leur député dans Kent-Nord. Kevin Arseneau a été ramené au pouvoir avec une avance confortable sur l’ancien député libéral Bertrand LeBlanc.

Les libéraux n’ont pas réussi à reprendre Kent-Nord des mains des verts. Même assez tôt dans la soirée électorale, le député sortant a maintenu un écart de votes assez important face à son principal adversaire. Au final, il l’a emporté par environ 1000 voix.

«C’est pas mal incroyable de réaliser que le monde réalise le travail que j’ai fait pour eux. Je me suis vraiment donné pendant les deux dernières années», dit le député en entrevue, quelques minutes après avoir été déclaré vainqueur par les médias d’information.

Il fera cependant face à un paysage différent à Fredericton: la majorité du gouvernement Higgs laissera probablement moins de place aux tiers partis.

Mais le député de Kent-Nord croit que le Parti vert a réussi à s’imposer à Fredericton. Il estime aussi que les pertes de la People’s Alliance placent son parti dans une meilleure position politique.

«Dans les deux dernières années, on a gagné beaucoup d’expérience à travailler avec les outils législatifs qu’on a à notre disposition… Je pense qu’on a quand même gagné assez de crédibilité avec les autres partis, et je pense que notre influence va augmenter.»

Étant donné la pandémie, plusieurs candidats n’ont pas organisé de soirée électorale avec leurs partisans. Kevin Arseneau a passé la soirée avec de la famille et des amis près de Rogersville.

Kent-Sud demeure rouge

Benoît Bourque a gardé son emprise sur Kent-Sud malgré la candidature progressiste-conservatrice de Raymond «Bou» Duplessis, homme d’affaires et ancien maire de Bouctouche.

Le parti de Benoît Bourque a cependant subi un revers, et il devra maintenant faire face à un gouvernement majoritaire progressiste-conservateur.

«C’est clair qu’on a beaucoup de travail à faire. On va être en mode renouvellement et reconstruction, principalement dans les zones anglophones et urbaines. Clairement, le Parti libéral a de la difficulté à faire passer son message», explique Benoît Bourque.

Raymond «Bou» Duplessis a humblement accepté sa défaite. Il croit que la saga des hôpitaux, entre autres, a coûté des votes au PPC dans sa circonscription.

«Je me sens bien avec ce qui est arrivé, je respecte la démocratie.»

Jacques LeBlanc réélu

Peu de surprises dans Shediac-Beaubassin-Cap-Pelé: Jacques LeBlanc est réélu.

L’ancien maire de Shediac a fait le saut en politique provinciale pour l’élection de 2018 et a été réélu sans lutte féroce.

Tout comme son homologue de Kent-Sud, il croit que son parti a du travail à faire pour remonter la pente.

«Il faut commencer à regarder au futur et à rebâtir le parti. On doit se rajeunir, on doit regarder à des choses plus novatrices. C’est une réflexion que toutes et tous doivent faire, et je ne suis pas différent.»