Le Madawaska reste rouge

Le Parti libéral conserve facilement ses trois circonscriptions dans le Madawaska. Les électeurs ont choisi de refaire confiance à Chuck Chiasson, à Francine Landry et à Jean-Claude D’Amours.

La tendance se maintient donc dans Madawaska-les-Lacs-Edmundston, Victoria-La Vallée et Edmundston-Madawaska-Centre.

Dans Victoria-la Vallée, Chuck Chiasson est parvenu à défendre son siège contre son adversaire principal, l’ancien candidat progressiste-conservateur devenu indépendant, Roland Michaud.

Il s’est taillé une avance assez confortable de 2300 voix cette année, comparativement à la dernière campagne où il avait remporté par seulement 375 votes.

«Depuis l’élection de 2018, je pense que j’ai eu la chance de démontrer mon éthique de travail», a-t-il souligné quelques minutes après avoir appris sa victoire, lundi.

Ayant été critique en matière d’éducation et de la petite enfance, M. Chiasson estime qu’il a pu mettre son nom sur la carte.

L’appui qu’il a porté aux gens de sa circonscription face à la menace de fermeture des salles d’urgence la nuit aurait aussi aidé à fortifier un lien de confiance, selon lui.

«Je pense que mon message est clair… j’ai toujours été là pour les gens de ma circonscription et je le serai toujours.»

De son côté, Francine Landry a défait ses deux adversaires et sort gagnante de la seule course entièrement féminine des élections.

Elle s’est dite enthousiaste en vue d’un troisième mandat, et ce, malgré la majorité des progressistes-conservateurs. «Je suis confiante et je dis aux gens de la circonscription “ne vous inquiétez pas. On sera là pour vous représenter et exprimer vos besoins’’.»

Mme Landry note qu’elle oeuvrait déjà au sein d’un gouvernement PC depuis deux ans et elle estime que la région «n’a manqué de rien.»

«J’ai hâte de poursuivre le travail entamé» , a-t-elle ajouté.

Enfin, dans Edmundston-Madawaska-Centre, les électeurs ont accordé au libéral Jean-Claude D’Amours la victoire. Il a obtenu 5236 voix, contre seulement 1380 pour Joanne Bérubé Gagné.

L’ancien député fédéral, qui en est à son deuxième mandat à l’Assemblée législative, s’est dit reconnaissant pour cette confiance.

«La population d’Edmundston apprécie clairement le travail que j’ai effectué au cours des deux dernières années(…)», a-t-il témoigné.

«Je vais les rendre encore plus fiers de m’avoir appuyé.»