Les progressistes-conservateurs font plusieurs gains dans le Grand Moncton

L’ancien conseiller des premiers ministres Bernard Lord et David Alward, Daniel Allain, est le nouveau député de Moncton-Est. Le progressiste-conservateur a délogé Monique LeBlanc, qui représentait la circonscription à Fredericton depuis 2014 dans le camp libéral.

L’ancien PDG d’Alcool NB a appris la nouvelle avec sa famille dans une petite maison arborant le drapeau acadien, d’où s’échappait la clameur de hurlements de victoire.

Son territoire était rouge depuis 2010. Il l’a ravie avec 45,2% des voix contre 35,4% pour sa principale rivale.

«Je suis vraiment fier, a-t-il confié. Je tiens à remercier les gens de Moncton-Est. Ils vont avoir une voix forte à Fredericton. Mes priorités seront l’économie fragile et la pandémie qui n’est pas terminée.»

Se voit-il déjà au Cabinet? M. Allain ne l’a pas nié.

«Ce qui se passe dans les semaines à venir, on verra», a-t-il lâché.

De son côté, le conseiller municipal de Moncton, Greg Turner a remporté la victoire dans Moncton-Sud. Il a battu le libéral Tyson Milner, qui s’est présenté à la place de Cathy Rogers, députée de la circonscription depuis 2014.

«Je suis très content, s’est réjoui M. Tuner. C’est super pour Moncton. Les gens voulaient que leur ville soit représentée auprès du gouvernement. Il entendra ma voix. Je connais les dossiers. Je suis fier de cette cité, mais elle peut faire mieux. Nous avons des problèmes d’itinérance, de santé mentale et de drogue.»

Le nouvel élu a en particulier promis qu’il aurait des bonnes nouvelles à propos du projet de construction de logements abordables appelé Marée Montante. Il a précisé le gouvernement devait régler des détails.

«J’attends avec impatience de travailler non seulement pour ma circonscription, mais aussi avec Blaine Higgs pour le rétablissement financier et la sortie de la COVID-19», a-t-il souligné.

La ministre sortante de Services Nouveau-Brunswick, Sherry Wilson, a été réélue députée dans sa circonscription de Moncton-Sud-Ouest avec 52,1% des voix. Elle représente ce château fort progressiste-conservateur à Fredericton depuis 2014.

«Je suis vraiment enthousiasmée, honorée et submergée par le soutien des électeurs, s’est-elle félicitée. C’est grâce au super travail que notre équipe a effectué.»

Le seul homme politique libéral à avoir remporté une victoire dans la cité du sud-est de la province est Robert McKee dans Moncton-Centre avec 38,9% des voix. Il est élu dans cette circonscription depuis 2018.

«J’espère que c’est parce que les gens sont contents de mon travail, a-t-il déclaré à propos de sa réélection. On va continuer. Il faut être là pour leurs priorités: l’itinérance, la santé mentale et le logement abordable. Il faudra que je sois à la hauteur comme seul député libéral!»

L’avocat a exprimé sa déception devant les résultats de son camp à Moncton.

«Nous avons perdu de bons députés qui sont là de longue date, a-t-il dit à propos de Monique LeBlanc. Maintenant, avec tant d’élus progressistes-conservateurs dans la région, si le gouvernement ne règle pas les problèmes de Moncton, ce sera une grande faillite pour lui.»

Le ministre sortant des Finances et du Conseil du Trésor, Ernie Steeves est à nouveau le député de Moncton-Nord-Ouest avec 51,5% des voix. Il représente ce château fort progressiste-conservateur depuis 2014. Il met d’ailleurs sa victoire sur le compte de son bilan.

«Ça va être quatre bonnes années pour tout le monde, a-t-il promis. Je veux ramener la croissance au Nouveau-Brunswick, mais pas seulement telle qu’elle était avant la COVID-19, mais encore plus haut.»

Le ministre sortant du Tourisme, du Patrimoine et de la Culture, Bruce Fitch est réélu dans la circonscription de Riverview où il est élu depuis 2003. Il a obtenu 60,1% des voix.

«Je suis très heureux de la victoire du Parti progressiste-conservateur, a-t-il indiqué. C’est très enthousiasmant et très satisfaisant de voir le soutien des gens.»

Dans Dieppe, le libéral Roger Melanson recueille 4564 et se place loin devant ses concurrentes. La conseillère municipale Patricia Arsenault, obtient 1680 voix pour sa première campagne sous la bannière des progressistes-conservatrices, tandis que 1142 électeurs ont donné leur vote à la candidate du Parti vert, Mélyssa Boudreau.