Les Verts conservent leur siège dans Memramcook-Tantramar

En 2018, Megan Mitton avait créé la surprise en détrônant le libéral Bernard LeBlanc par 11 voix seulement. La députée sortante du Parti vert obtient cette fois une victoire plus confortable dans la circonscription de Memramcook-Tantramar, après deux années passées sur les bancs de l’Assemblée législative.

Avec 3425 voix, elle devance le candidat libéral Maxime Bourgeois qui n’a su convaincre que 2902 électeurs et la candidate du Parti progressiste-conservateur Carole Duguay, qui récolte 1678 voix.

«Je suis tellement heureuse d’avoir la chance de continuer à représenter les gens de ma circonscription. Je pense que j’ai démontré qu’on peut faire de la politique différemment», a réagi l’ancienne conseillère municipale de Sackville à l’annonce des résultats.

Si son parti n’a pas su profiter d’une vague verte, Mme Mitton souligne qu’avec 55 240 votes, soit 15% des suffrages exprimés, les Verts ont cette fois encore obtenu une plus grande part du vote populaire que lors de l’élection précédente.

«Les gens voient qu’il existe une autre voie pour notre province. Il est temps de changer notre système électoral», lance-t-elle.

La journée aura été marquée par une importante polémique, alors que de nombreux étudiants de l’Université Mount Allison ont rapporté avoir été injustement refoulés au bureau de vote du Civic Centre de Sackville.

«Nous avons eu quelques problèmes dans un bureau de vote à Sackville où certains membres du personnel n’étaient pas clairs sur les règles d’éligibilité des étudiants de l’extérieur de la province qui fréquentent la Mt Allison University», a reconnu en soirée Paul Harpelle, un porte-parole d’Élections NB.

L’organisme ignore encore combien d’étudiants ont été affectés par cet important dysfonctionnement.

«La directrice générale des élections a appelé le directeur du scrutin local qui s’est rendu sur le lieu de vote et s’est assuré que les travailleurs avaient bien compris les règles. Elle s’est également entretenue avec un représentant du syndicat des étudiants du campus qui a déclaré qu’il ferait passer le mot à tous les étudiants qui auraient été refusés», indique M. Harpelle.

Roger Melanson réélu facilement à Dieppe

Le libéral Roger Melanson recueille 4564 et se place loin devant ses concurrentes. La conseillère municipale Patricia Arsenault, obtient 1680 voix pour sa première campagne sous la bannière des progressistes-conservatrices, tandis que 1142 électeurs ont donné leur vote à la candidate du Parti vert, Mélyssa Boudreau.

Roger Melanson, ancien président du Conseil du Trésor du gouvernement Gallant avait été largement élu en 2014 en obtenant 66% des voix, puis avait remporté le scrutin de 2018 encore plus largement, recueillant l’appui de 71,6% des votants. Il était auparavant député de Dieppe-Centre-Lewisville depuis 2010, avant la refonte de cette circonscription.

«Je suis reconnaissant de la confiance que les gens de Dieppe m’ont accordé leur confiance pour la quatrième fois, je réalise qu’ils apprécient le type de député que je suis et le travail que je fais avec eux», s’est-il félicité.

Ce ténor du parti libéral reconnaît la défaite de sa formation politique et pense déjà à la reconstruction. «Il faudra mener une réflexion au sein du parti, voir où nous en sommes, où nous voulons aller. Il faudra ouvrir nos portes pour accueillir d’autres membres et de nouvelles idées», mentionne-t-il, observant que «la division ne porte pas fruit».

Roger Melanson refuse toutefois d’accabler son chef, défait dans sa circonscription de Miramichi. «M. Vickers a fait un travail exceptionnel, ce n’était évident pour aucune formation politique de mener campagne dans un contexte de pandémie, alors que le premier ministre a été à la télévision tous les jours pendant des mois. Il a fait une campagne honorable et audacieuse et je lui lève mon chapeau.»