Victoires faciles des libéraux dans Shippagan-Lamèque-Miscou et Caraquet

Au-delà des victoires faciles des libéraux dans Shippagan-Lamèque-Miscou et dans Caraquet, l’histoire de la soirée dans ces deux circonscriptions de la Péninsule acadienne est la déconfiture des progressistes-conservateurs.

Non seulement Éric Mallet et Isabelle Thériault représenteront les rouges dans l’opposition officielle – ce qui n’était plus vraiment une surprise -, mais les électeurs ont rejeté massivement l’idée de se retrouver du côté du pouvoir.

Ils ont réservé à Jean-Gérard Chiasson et au maire de Caraquet, Kevin J. Haché, de cuisants revers, lundi soir.

On n’a pas veillé tard, finalement, dans Shippagan-Lamèque-Miscou. Éric Mallet n’a jamais douté dès les premiers dépouillements et, à peine quelques minutes plus tard, il a officiellement succédé à Robert Gauvin, le député progressiste-conservateur, élu en 2018, devenu indépendant cet hiver à la suite de la réforme avortée en santé du gouvernement Higgs.

Un peu avant 22h, lundi, avec près de 75% des boîtes de scrutin dépouillées, M. Mallet disposait d’une avance de plus de 6000 votes sur son adversaire progressiste-conservateur, soit 84% des voix, probablement la victoire la plus écrasante de la soirée.

Les klaxons ont accueilli le gagnant dans le stationnement du centre commercial de Shippagan.

«Nous aurons un gros travail sur les bras pour protéger nos acquis, croit le nouveau député. Blaine Higgs a tranché dans nos services et c’est très dangereux. Ça va être une grosse lutte», a dit M. Mallet.

Pendant l’entrevue, il a appris avec ses partisans que les progressistes-conservateurs seraient à la tête d’un gouvernement majoritaire. Il en a perdu le sourire.

«Ça va donner un méchant coup, juge-t-il. Il faudra protéger nos acquis face à un gouvernement qui voudra-t-il coopérer? Va falloir le raisonner…»

Jean-Gérard Chiasson s’est dit très déçu de voir sa circonscription se retrouver dans l’opposition.

«On a eu droit à un vote anti-Higgs. Je voulais offrir mes services au sein du gouvernement et on l’a refusé. On se retrouve maintenant dans l’opposition. C’est une déconfiture, mais je ne le prends pas personnel», a-t-il analysé, en rejetant l’idée que le dossier du pont Lamèque-Shippagan ait finalement joué contre lui.

La verte Marie Leclerc a flirté avec la deuxième position toute la soirée. Elle en retire une expérience positive pour une première.

«C’est un résultat intéressant. Ça met le Parti vert dans le paysage politique et ça démontre un raz le bol des gens face aux partis traditionnels. Nous offrons maintenant un changement auquel on a le droit de s’attendre au 21e siècle», pense-t-elle.

Caraquet

La députée sortante Isabelle Thériault n’a pas eu à attendre bien longtemps, car moins de 20 minutes après la fermeture des bureaux de scrutin, elle était réélue, ajoutant ainsi une brique de plus dans ce château fort libéral qu’est Caraquet.

«Je me préparais à veiller tard!, a admis la gagnante. Je suis très reconnaissante et très heureuse. Je suis très contente de continuer à servir les citoyens de ma circonscription. Les gens ont passé un message d’inquiétude et d’insatisfaction face au gouvernement Higgs. La deuxième place des verts montre que la communauté est soucieuse et intéressée à la politique. Quant à M. Higgs, il faudra demeurer vigilant et continuer à protéger nos acquis», a-t-elle commenté.

Alors que le trois quarts des boîtes de scrutin avaient été ouvertes, la députée sortante avait obtenu près de 6000 votes, contre un peu moins de 1300 votes pour la verte Marie-Christine Haché et moins de 1000 pour le progressiste-conservateur Kevin J. Haché.

Pour Kevin Haché, l’ampleur de la défaite fait mal, au point où ça remet en question son engagement politique, même en tant que maire de Caraquet.

«Je me suis fait laver et pas à peu près, a-t-il évalué. On pensait que le message passait en Acadie, mais on a perdu. Je pensais que les gens allaient voter différemment et envoyer des Acadiens au pouvoir, mais ils n’ont pas voulu.»

La candidate verte, Marie-Christine Haché, médecin urgentiste de profession, est allée chercher près de 16% des voix, quatre points de pourcentage de plus que Kevin Haché, pour qui il s’agit d’une reprise cinglante de 2018.

«Je suis très contente. On a eu deux semaines intenses de travail. Les verts ont marqué des points depuis deux ans et les gens ont vu une réelle possibilité qui prend de l’ampleur. On a eu des candidats crédibles que les électeurs ont appréciés dans la région, alors que Higgs n’était pas populaire. Les gens étaient contents de voter vert car ça venait les chercher davantage», a-t-elle évalué.