Daniel Allain endossera-t-il le rôle de voix des Acadiens dans le gouvernement Higgs?

Seul député acadien élu au sein de la nouvelle majorité des progressistes-conservateurs, Daniel Allain sera-t-il la voix de la communauté acadienne au sein de son caucus?

Mardi, le téléphone du nouveau député de Moncton-Est n’a pas dérougi de la journée. Sa victoire par 766 voix face à la libérale Monique LeBlanc n’est pas passée inaperçue.

«Beaucoup de gens m’appellent pour me parler de leurs dossiers», confie Daniel Allain, débordé depuis le début de la matinée.

La carte électorale reflète une fois encore une division linguistique, aucune des 16 circonscriptions majoritairement francophones ne sera représentée au sein du caucus progressiste-conservateur.

Certains observateurs voient déjà M. Allain, ancien conseiller municipal de Dieppe et homme d’affaires, devenir un lieutenant francophone qui représenterait le Nord dans le prochain cabinet Higgs.

Est-il prêt à endosser de rôle? «Tout de suite, ma priorité, ce sont les gens de Moncton-Est. C’est pour ça que j’ai été élu», a répété le député à maintes reprises en entrevue avec l’Acadie Nouvelle.

«Au cours des semaines à venir, le premier ministre devra élaborer son gouvernement. Ce sera à lui de décider le rôle que je devrai jouer.»

Les attentes sont grandes. Dès mardi, la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick a exprimé le souhait que M. Allain «joue un rôle clef au sein du nouveau gouvernement», l’invitant à travailler «vers l’avancement des priorités de la population acadienne et francophone de la province».

«Je suis convaincu que le gouvernement et les 27 membres du caucus travailleront avec la SANB et de nombreuses autres associations francophones», répond l’intéressé.

Alors que les fractures linguistiques ne semblent pas se dissiper, Blaine Higgs aura fort à faire pour rebâtir des ponts avec la minorité francophone. Face aux inquiétudes, Daniel Allain se veut rassurant.

«Le premier ministre a été clair lundi soir. Il veut être inclusif et travailler avec tout le monde», assure-t-il.

Comme Robert Gauvin avant lui, Daniel Allain est le seul francophone élu affilié au parti de Blaine Higgs. Les deux hommes ont toutefois un profil bien différent. Si le premier a été recruté par les bleus peu avant l’élection provinciale de 2018, le nouveau député de Moncton-Est est un progressiste-conservateur de longue date.

Il a été l’adjoint principal du premier ministre Bernard Lord de 2000 à 2003. M. Allain a notamment été président-directeur général d’Alcool NB et sous-ministre au sein du cabinet du premier ministre David Alward.

Quel regard porte-t-il sur le parcours de Robert Gauvin, qui a fini par claquer la porte de son parti à l’hiver dernier?

«Je ne commenterai pas sur ce qu’il s’est passé auparavant, je n’étais pas là, répond Daniel Allain. Je me concentre sur le présent, je suis élu sous la bannière des progressistes-conservateurs, dans un parti dont je suis membre depuis 25 ans.»

En tête de sa liste des priorités pour sa circonscription, il cite l’aide aux sans-abris et la question du logement abordable.

«Si je peux jouer un rôle au niveau provincial, le premier ministre me donnera ce rôle. Si ce n’est pas le cas, c’est correct, je travaillerai pour les gens de Moncton-Est.»