Une victoire pour Élections NB

Les Néo-Brunswickois ont participé à l’élection provinciale à hauteur de 66,1%. Leur taux de participation a été pratiquement le même que lors du scrutin de 2018 (66,4%). Une victoire pour Élections NB.

«C’est bon, car ça veut dire que les électeurs ont eu assez confiance pour voter pendant la pandémie», se félicite le directeur général adjoint des élections, David Owens.

Il explique cette confiance par les règles sanitaires appliquées dans les bureaux de scrutin: présence de désinfectant pour les mains, port du masque par les travailleurs électoraux, limite du nombre des citoyens à l’intérieur.

«Nous avons envoyé des informations par la Poste pour expliquer les mesures en place», précise M. Owens qui rappelle aussi la campagne de sensibilisation menée sur internet.

Il remarque par ailleurs la popularité du vote par anticipation (133 000 bulletins), qui a augmenté de 50% par rapport à l’élection provinciale précédente.

«Les électeurs ont décidé de voter plus tôt pour éviter les fils d’attente le jour du scrutin», analyse M. Owens.

Le directeur adjoint se réjouit aussi du bon déroulement global des votes du 14 septembre. Élections NB a même pu annoncer la plupart des résultats avant 22h, alors que l’organisme avait prévu de les annoncer après minuit.

«Nous avons pensé qu’il y aurait plus de files d’attente à cause des mesures sanitaires, donc une fermeture des bureaux plus tardive», détaille M. Owens.

Il regrette seulement des incidents dans cinq lieux de scrutin sur un total de 401, à Bathurst-Est-Nepisiguit-Saint-Isidore, Caraquet, Moncton-Sud, Carleton et Fredericton-Sud.

M. Owens explique qu’Élections NB les a fermés un peu plus tard que prévu, entre 20h15 et 20h30, à cause de problèmes techniques (concernant le démarrage d’ordinateurs, la préparation d’une machine à compilation…).

Il admet également que le superviseur d’un bureau de vote à Sackville a mal compris les critères à respecter pour voter. Cet employé a ainsi empêché un grand nombre d’étudiants de l’Université Mount Allison d’exprimer leur voix pendant la matinée, selon Radio-Canada.

Il a pensé que les électeurs devaient être dans la province au moins 40 jours avant l’élection, même les étudiants de deuxième année qui y habitent ordinairement, d’après M. Owens.

«Je dis un grand merci à tous les électeurs de la province pour leur patience au moment du vote, déclare-t-il quoi qu’il en soit. Et aussi à tous les travailleurs électoraux, car ils ont augmenté leurs efforts pendant la pandémie.»